-->



 

Elora Pétrova.
 :: Avant de jouer :: Présentation :: Fiches validées :: Personnages élèves :: Section artistique

Date d'inscription : 04/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
Âge du personnage : :
Métier ::
Lun 9 Juin - 2:54


 ♪♫PETROVA ELORA♪♫
 
 "La vision d'une poupée de porcelaine"



 ♪ Mon nom : Pétrova
 ♪ Mon prénom : Elora
 ♪ Mon âge : 16
 ♪ Mon lieu d'habitation : Internat
 ♪ Ma section : Art plastique
 ♪ Mon travail : Lycéenne

 ♪ Mon club : Paranormale
 ♪ Ma situation financière : Stable
 ♪ Mes peurs :D'être en présence de trop de monde, de la violence, l'orage et les pluies violentes.
 ♪ Mes particularités : Demi-sœur de Léna, possède un corps frêle et chétif. Timidité exacerbée en communauté. Possède une voix dite d'ange, mais on ne l'entend que très rarement ou dans un murmure à peine audible mis à part par l'intéressé. Ayant appris la musique dans sa jeunesse, elle sait jouer du piano et du violon, mais préfère jouer du pinceau. Créatrice d'un forum et mangaka amatrice, elle publie ses planches sur le net.
 ♪ J'aime et  je déteste : Elora aime particulièrement la peinture et le dessin, ayant tout le temps sur elle un petit carnet à croquis, un crayon et une boite d'aquarelle. Elle aime chanter et danser mais uniquement quand elle est seul.

Elle n'aime pas se faire interroger en classe et d'avoir les regards tourner vers elle, que l'on monte le voix en sa présence. Qu'on l'espionne ou qu'on la dérange pendant qu'elle est entrain de dessiner.


 

.

  Apparence Comment décrire notre demoiselle ? Commençons par son visage qui possède des yeux d'une couleur presque irréelle, la couleur d'un brasier ardent, du soleil lui même qui peut se montrer intense et pénétrant quand ils ne sont pas rivés vers le sol. Son visage ovale, fin, à la peau laiteuse, possède des lèvres fines et un nez grec parfaitement droit et centré. Le tout encadré par une longue et épaisse chevelure parfaitement entretenue retombant jusqu'aux reins de la demoiselle et d'un blond platine pratiquement blanc.

Son corps est svelte, voir même chétif, ses cotes saillante, ses bras maigres, ses jambes à peine plus grosses, elle n'en garde pas moins une étrange harmonie. Une poitrine tout juste naissante et destiné à rester une simple forme rappelant qu'elle est bien une femme. Des hanches ressortant sous sa taille de guêpe naturelle reste quand à elles parfaitement alignées avec ses épaules pour offrir des formes et des courbes à l'adolescente, fort agréable à l’œil. Ses longues jambes fines restes douces et finissent ce corps de poupée de porcelaine.

Elora à un style vestimentaire des plus simple, habillée comme une poupée gothique elle porte le plus souvent une robe longue blanche, noir ou violette. Robe composé d'un corsage s'attachant soit sur le devant, soit dans le dos part le plus souvent un câblage qu'elle n'a aucun mal à serrer. Une jupe longue lui retombant jusqu'à la mi-chevilles, souvent volante, dite à froufrou, se composant de plusieurs épaisseur. De long bas en nylon ou en maille, qu'elle chausse dans une paire d'espadrille qu'elle referme souvent autour de ses chevilles part des sangles. Ses bras aux mains manucurés porte de long gants remontant jusqu'à ses biceps ou simplement jusqu'au coude, cela dépend des coupes de sa robe.
 

 
caractèreLa demoiselle à deux caractère bien différend, tout cela dépend de quand et comment on la voit.

En communauté, la demoiselle est timide, sensible, voir même peureuse, ayant horreur de la violence gratuite, de se retrouver comme centre d’intérêt, ou encore que les regards se tournent vers elle, elle se mettra le plus souvent à l'écart du monde, ou dans un coin. Ne parlant pratiquement pas, ou silencieusement avec un bégaiement fort prononcé, elle a honte quand on l'interroge en japonais et qu'elle est bien incapable de répondre, ne connaissant un mot en nippon. Elora ne supporte pas l'orage, tes croyantes de toutes les rumeurs concernant les éclaires, jamais elle ne prendra de douche, téléphonera, ou ne s'approchera d'une machine électrique branché pendant un orage, préférant allait se pelotonner sous sa couette pour trembler en mettant son oreiller sur sa tête, même la force herculéenne de Rafaela n'arriverait pas à la sortir du lit durant un orage.

Seul ou en présence d'une proche intime, le comportement de la demoiselle change du tout au tout. Se dévergondant, la jeune femme devient plus dominatrice, profitant de ces moments pour dessiner ses planches érotique écrite en anglais ou en Russe. La jeune femme aime particulièrement essayer ses envies et ses idées sur sa partenaire lors de leurs ébats.
 


Parles-moi de ta vie jusqu'ici

 

  Elora est née dans la ferme Pétrova lors d'un rude hivers Russe, mais avant de parler de la naissance de l'enfant, il faudrait parler de la rencontre des deux parents.

Comment un vieille homme, un fermier endurcit ne quittant que rarement sa ferme a pu rencontrer cette femme et enfanter un nouvel enfant ? Cette histoire remonte maintenant à un peu plus de dix ans, lors d'un hivers encore plus rude que celui de la naissance de l'adolescente. Le vieille homme sortant dans la tempête pour se rendre à sa grange afin de s'occuper de ses bêtes découvrit le corps et meurtri d'une femme enseveli sous la neige. Une artiste française dont le véhicule avait quitté la route et s'était enfoncé dans un ravin, tuant sur le coup son chauffeur et son garde du corps. Elle même avait eu une cheville et un bras brisé mais soif de vie elle s'extirpa de l'épave pour trouver un signe de vie et ainsi son salut. Cela faisait des jours qu'elle marché en serrant les dents, qu'elle rampé en souffrant avant que ses forces ne l'abandonne et qu'elle ne tombe dans l'inconscience.

Si cet homme ne l'avait pas découverte, gisante inconsciente, elle serait probablement morte gelé, mais malgré tout cette mésaventure lui coûta cher, le froid et l'humidité, avaient eu raison de sa jambe blessé et d'un de ses poignets. Si l'hiver avait permis de déplacer la douce femme, peut être aurait-on pu sauver ses membres, mais le temps étant trop rude, il fut impossible de bouger la jeune femme, ils durent attendre un temps plus clément afin de faire venir un médecin par hélicoptère qui fut son possible, mais il du amputer la jambe jusqu'à niveau du genou et il lui fut impossible de sauver la mobilité du bras qui resta paralysé à partir du coude. Pourquoi le pilote et le médecin n'avaient ils pas emmené la femme dans un hôpital ? Car le temps s'était dégradé obligeant les deux individus à domicilier pendant une bonne semaine dans l'habitation déjà bondé de l’individu.

Mêlant souffrance, maladie et dépression, la femme dû rester dans la demeure du fermier tout l'hivers, manquant de peu à plusieurs reprises de s’ôter la vie. Etant artiste ce drame avait brisé son avenir et sa carrière, elle préférait donc disparaître que de rester dans cette état, ce fut donc avec le soutient du fermier et de ses fils qu'elle reprit contenance, force, et puis goût en la vie découvrant dans ce russe, un homme attentionné, fort et droit. S'en suivit un nouveau mariage et la confection de cette enfant.

Ce ne fut pas une grossesse facile et une naissance encore moins évidente, mais l'homme était habitué, il avait fait naître ainsi ses six premiers enfants de sa femme précédente, il savait comment faire accoucher celle-ci. Seulement Elora était précoce, elle était née avec bien deux mois d'avance et ce temps rude n'arrangea pas les choses, l'accouchement se passa correctement, mais il était impossible de savoir si l'enfant passerait l'hiver. Ce fut avec l'attention et les soins de tout instant, que la demoiselle passa les premiers mois de sa vie sur le fil du rasoir, mais elle survécut.

Cela faisait seulement trois ans que l'homme avait du se séparer de sa cadette et il était maintenant père d'une nouvelle enfant avec une nouvelle femme handicapé. Bien qu'elle ne puisse plus travailler, elle apporta ses économies afin de faire vivre plus coquettement sa nouvelle famille et profita de son immobilité pour enseigner à sa fille. C'est donc, dans cette grande ferme, que la demoiselle passa son enfance, apprenant auprès de sa mère le Français, l'Anglais et le Russe auprès de sa famille, sa mère lui enseigna aussi le violon et le piano, ses deux passions perdue de part l'accident. Etant trop faible et trop fragile pour s'occuper des champs avec ses demi-frères et son père, ce fût en femme au foyer qu'elle grandit, sous la tutelle de sa mère qui lui enseigna comment tenir une maison et qu'elle aida du mieux qu'elle pu.

Ce fut seulement à l'age de huit ans, que la demoiselle découvrit Moscou pour la première fois, accompagnant sa mère en ville, elle découvrit les musées, les traditions mais surtout ce qu'était une ville. Mais ce qui l’estomaqua le plus, fut cette artiste de rue qui peigné les vieux bâtiment du Kremlin. Tant de fidélité, de fluidité dans ses mouvements, l'enfant n'en cru pas ses yeux et savait maintenant ce qu'elle avait envie de faire.

Bien que enfermé dans une vieille ferme, sous les yeux de sa mère qui lui enseigné l'histoire, les mathématiques, la musique et le chant, la demoiselle passé son temps libre à ce nouveau plaisir qu'elle avait découvert des années plus tôt. Elle n'avait jamais de professeur en art et pourtant elle commençait à maîtriser les techniques les plus complexes, ses œuvres s’amoncelant dans un coin de sa chambre ou dans un placard qui y était destiné.

Aujourd'hui assise dans le bureau d'un notaire, elle attendait de savoir qui allait s'occuper d'elle. Ses frères aînés maintenant âgés de plus d'une trentaine d'années, avaient tous pris femme et foyer et avaient quitté
le domicile familiale pour vivre leur vie. Elora avait aussi appris qu'elle était la sœur d'une femme dont on ne lui avait jamais parlé, une danseuse célèbre qui avait ouvert une académie dans un pays étranger, le Japon.
Mais ce qui la bouleversé le plus était le décès récent de ses deux parents. Sa mère ayant reconnue son talent, avait forcé son père à organiser une exposition afin de dévoiler les peintures de la demoiselle, s'était en se rendant dans le hall d'exposition qu'avait loué la femme, qu'un camion ayant perdu le contrôle avait emboutit la camionnette du couple les tuants tout les deux. C'était remplie de remord et se sentant responsable de la mort de ses deux parents, que la jeune femme attendait de se faire rejeter par le reste de sa famille l'accusant d'être responsable de l'accident.

   



 


 
Et toi ?

 

 Ton âge : 27 ans
 
Tu es : Une fille 

Ton avatar : Aucune idée :S

 Code du règlement : OK BY LENA P.

 Passions : Beaucoup trop ^^

 Comment avez- vous connu le forum ? Niuh j'y suis depuis un an

 Souhaitez-vous une marraine ? Non merci je pense que cela pourra aller ^^

 Avez-vous des Multi-comptes ? oui, Leela, Sleïlo, Néîma et Isis

 Votre disponibilité : 8
 
Un petit RP? Et si un journaliste faisait une interview de votre personnage ? (10 lignes pas phrases)




   

 

Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur http://yuriacademia.guildealliance.com
avatar
Directrice impitoyable ♥

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 27
Métier :: Directrice de l'académie
Mar 10 Juin - 9:45
Bonjour Elora,




j'ai lu ta fiche et je te valides ^^ 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Avant de jouer :: Présentation :: Fiches validées :: Personnages élèves :: Section artistique
Elora Pétrova.

Sauter vers: