-->



 

Premier pas dans un pays austère et froid. [Rp Solitaire]
 :: Les transports :: Avion

Date d'inscription : 21/12/2013
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
Âge du personnage : :
Métier ::
Ven 9 Mai - 4:52
"Grande sœur, j'ai froid !"

L'avion venait de se poser et de rouler jusqu'au quais de débarquement afin de libérer les deux cents prisonniers d'un voyage qui avait duré plus d'une quinzaine d'heure. Les muscles courbaturés d'être resté immobiles aussi longtemps, les passager comme les hôtesses et Stewart s'étiraient afin de soulager leurs membres endolories. Le voyage s'était déroulé sans encombre, quelques turbulences avaient provoqués quelques hoquets de surprise mais rien d'inhabituel. Récupérant les bagages à mains posés dans les compartiments situés aussi au dessus que sous les sièges, tous débarquèrent dans le calme pour retrouver leurs familles, leur pays, ou tout simplement ce nouveau territoire à visiter. Touristes, hommes d'affaires, familles revenant de vacances, tout genre d'individus se mêlé en une foule compact pour se diriger vers l'avant de l'avion afin de débarquer.

"Je sais Isis, je te donnerais quelque chose de plus chaud quand on aura récupéré notre valise."

Au fin fond de la classe économique, l'estomac à peine remplie de quelques victuailles amenées afin d'apaiser leurs appétits, deux demoiselles étaient entrain de récupérer leur sac. La plus jeune, habillée d'une robe volante aussi blanche que la chevelure qui retombait sur ses épaules, était entrain de récupérer les petits cadeaux qui se trouvaient dans son siège et les occupations qu'elle avait réussis à se trouver durant le voyage, alors que sa grande sœur, vêtu d'une longue robe noir qui lui arrivait sous les genoux était entrain d'extraire un vieux sac de voyage du compartiment se trouvant au dessus de leur tête.

"Si tu ne te dépêche pas on va se faire enfermer ici !"

Il était bien évident que l'on viendrait vérifier si tu le monde était bien descendue et qu'on ne les abandonneraient pas dans l'avion, mais la dénommée Isis qui prenait l'avion pour la première fois, n'était elle, pas forcément au courant que l'on viendrait vérifier qu'elles ne se trouvées pas encore à l'intérieur. Une fois leurs affaires récupérés les deux jeunes femmes suivirent les lumières au sol afin de descendre de l'appareil et se diriger vers les tapis pour récupérer leur dernier bagage qui comme tout les autres faisait son tour sur le manège de toile et de mécanique de l'aéroport. Il n'était pas difficile à reconnaître, grosse, vieille, raccommodé de raccords de fortune.

Elle n'était pas trop lourde, mais encombrante, récupérant un chariot afin de transporter le bagage, elles s'en allèrent vers la sortit du bâtiment afin de récupérer un taxi, elles ne connaissaient rien au pays mais avait une adresse où se rendre afin de rejoindre la famille maternelle. Elles avaient été obligées de quitter leurs pays sans prendre le temps de prévenir les concernés, elles espéraient cependant se faire accueillir les bras ouverts par cette famille qui ne les attendaient pas, du moins le temps que les choses se calme et qu'elles puissent rentrer au pays.

Tout le monde dans la rue se baladait en chemise, en short, en jupe et autres vêtement léger. Alors qu'elles avaient trouvé un véhicule pour les emmener en ville, l’aînée des deux femmes fouilla dans leurs bagages afin de sortir une veste pour sa cadette, tout en lui murmurant.

"Tiens met ça, désolé mais je ne peux pas demander que l'on mette le chauffage, nous sommes en plein été ici."

Bien qu'il fasse plus d'une vingtaine de degré, il était évident que les deux femmes qui venaient d'Egypte ne pouvaient avoir chaud, il faisait après tout, près d'une dizaine voir deux de moins que chez elles, seul la nuit la fraîcheur du désert retombait sur le pays mais à ce moment là elles étaient souvent entrain de dormir bien enveloppé et installée l'une contre l'autre, dans un lit chaud. Frottant les bras de sa sœur, elle lui promit un bon thé chaud une fois qu'elles seraient arrivée et de quoi se réchauffer et surtout, se remplir l'estomac. Bien qu'elles avaient prévue quelque chose à manger pour le voyage, cela ne suffisait pas à remplir deux estomac de femmes en pleine croissance, du plus la musicienne avait donné le principal de son frugal repas à sa sœur afin qu'elle ne souffre pas trop de se voyage déjà pénible.

La route fut rapidement faite, la ville n'était pas si loin de l'aéroport, cela n'allait pas coûter bien cher, elles étaient pratiquement arrivée et se firent débarquer sur le trottoirs dans les minutes qui suivirent. Payant avec le peu de yens qu'elles avaient en poche après avoir échanger leur monnaie, elles entrèrent dans l'immeuble où vivait la famille de leur mère. Appartement treize, pourquoi cela ressemblait il autant à un mauvais présage ? Se rendant devant la porte de l'appartement, Néîma porta le doigt à la sonnette pour signaler leurs présence.

Trois heures, trois heures ce fut le temps qu'elles purent rester dans l’appartement, buvant, mangeant afin de se sustenter, récupérant des pulls, un peu d'argent, elles ne pouvaient rester, oncle, belle-tante, deux cousines, trois cousins, il n'y avait pas de place et surtout pas les moyens pour accueillirent deux bouches supplémentaire, même si il ne s'agissait que de quelques jours. Quittant l'appartement sans se retourner, l’Égyptienne accompagné de son violon, de sa danseuse de sœur, se retrouvèrent toutes les deux dans la rue, devant chercher un foyer, mais aussi un travaille pour le payer et payer de quoi se remplir l'estomac.

"Qu'est ce que l'on va faire maintenant ?"

"On va...devoir se débrouiller par nous même petite sœur. Jusqu'à que l'on puisse rentrer chez nous on va devoir se serrer les coudes Isis."

Elles n'allaient pas avoir le choix, mais comment, comment trouver un endroit où dormir alors qu'elles n'avaient pas de quoi se payer un hôtel. Elles allaient aussi avoir besoin de s'acheter de la nourriture, de quoi boire, cela allait être dur, mais elles n'allaient pas avoir le choix. Marchant avec la jeune demoiselle à ses cotés, elles arpentaient les rues sans vraiment de but, perdu, déboussolées, abandonnées, la nuit commençait à tomber alors que la fraîcheur de la nuit se faisait ressentir comme une morsure sur la peau des deux femmes.

"Néîma, j'ai faim, j'ai froid, j'ai sommeil...je veux rentrer à la maison..."

"Je sais !...Oui Isis...je sais."

Elle était perdue et pour la première fois, elle ne savait pas que faire, regardant sa jeune sœur, elle se mise à sa hauteur pour venir la serrer dans ses bras, venant lui caresser la nuque et les cheveux, elle réfléchissait, le plus rapidement possible, elle devait trouver une solution, trouver un endroit où elles pourraient rester toutes les deux le temps de trouver un travaille pour payer un loyer. Mais pour le moment, elle devait acheter à manger et de quoi se réchauffer. Du camping, des ustensiles de camping, cela ne coûtait pas trop cher et cela allait permettre de tenir quelques jours. 

"Ça te dis du camping ?"

Elles n'avaient malheureusement pas beaucoup le choix et bien qu'elles puissent acheter des conserves, un réchaud et encore un sac de couchage chaud pour toute les deux, elles ne pouvaient pas se permettre d'avoir une tente ou une caravane pour s'abriter d'une éventuel pluie. Elle devait trouver un toit. Un toit où elles ne risqueraient pas de se faire expulser si elles n'avaient pas les moyen de payer un loyer. Mais où trouver ça ?

"Eh les filles ça vous dis d'aller à la maison hanté ce soir ?!"

"Mais ça va pas c'est complètement délabré se truc, on risque de passer à travers le plancher ou encore se prendre le toit sur le coin de la figure. Et c'est à l'autre bout de la ville !"

Un groupe d'étudiantes étaient entrain de se chamailler à propos d'une vieille bâtisse à l'extérieur de la ville, une maison abandonné qui était dis hanté mais qui semblait aussi être le nouveau centre d'attraction des jeunes qui voulaient se procurer des frissons. Une maison délabré, Isis ne méritait pas ça, mais encore une fois, elles n'allaient pas avoir le choix, regardant sa jeune sœur, elle l’entraîna en direction du bâtiment en question.

"Ce ne sera que pour quelques jours, promis."

Elle savait que sa sœur ne dirait rien, mais qu'elle avait peur du noir, des araignées, mais pour l'instant elles ne pouvaient pas se permettre autre chose. Observant avec une certaine appréhension la demeure en vilain état, elle chercha un moyen d'entrer, voyant la porte calfeutré par des planches, ainsi que les fenêtres et certains des murs.

"Vraiment que pour quelques jours..."

Entrant dans la maison par une porte à l'arrière, elles cherchèrent une pièce pas trop en mauvais état pour installer leur campement. Venant s’envelopper dans la couverture qu'elles avaient pu s'offrir, Néîma vint préparer un repas, du riz avec des saucisses apéritifs, mais cela allait être le repas le plus copieux qu'elles allait manger depuis ces deux derniers jours.

"Demain...j'irais jouer pour gagner un peu d'argent, ainsi que chercher un boulot... allait mange."

Après avoir dîné, les deux sœurs se couchèrent l'une contre l'autre, Néîma serrant sa sœur entre ses bras, elle la regarda s'endormir tout en murmurant.

"Désolé...petite soeur."


 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Les transports :: Avion
Premier pas dans un pays austère et froid. [Rp Solitaire]

Sauter vers: