Une invitation fort agréable [PV Kodama]

 :: Le quartier résidentielle :: Haut standing :: Appartement de Halia Lê-Pham Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 20 Mai - 12:24
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia bailla se retenant tout de même de décrocher sa mâchoire alors qu'elle entrait dans le bâtiment faisant signe poliment de la main au gardien des lieux. La nuit avait été bien trop courte dans cette infirmerie et le lit au matelas trop dur lui avait laissé quelques douleurs dans le dos en se levant, mais elle savait bien que cette nuit elle allait dormir comme un loire dans son lit avec son matelas bien douillet qui retenait les formes de son corps. Elle se rendit donc jusqu'à son appartement et tourna avec une pointe excitation la clef dans la serrure dont le cliquetis lui signifia qu'elle allait puvoir bientôt entrer.

Ce fut donc avec une surprise non dissimulée sur son visage qu'elle découvrit un véritable champs de bataille de cartons empilés les uns sur les autres. Halia slaloma parmis ces cartons pour aller ouvrir les volets et découvrir que son salon était devenu un véritable grenier avec toutes ses affaires mises n'importe comment. Elle entreprit donc de téléphonner à l'entreprise de déménagement qu'elle avait payé pour faire venir ses affaires jusqu'ici et les installer. Elle soupira en raccrochant énnervée, ils pouvaient bien être désolé mais le fait était là, Kodama allait arriver d'une minutes à l'autre et son appartement n'était pas présentable pire encore, où allait-elle donc dormir ce soir ? Son lit était en pièce détachée un peu partout dans l'appartement. Une fois de plus, cela lui apprendrait à faire confiance à n'importe qui !

La jeune médecin remonta donc ses manches et entreprit donc de déballer ses cartons elle-même pour au moins retrouver son nécéssaire d'assiette et de cuisine, brancher son frigo et y ranger les courses qu'elle avait fait en vue du diner de ce soir. Le point positif c'était qu'elle avait trouvé sa vaisselle, mais quelle genre d'imbéciles mélangeaient vaisselle et sous-vêtements ? Ils étaient propre mais tout de même avaient-ils emballés n'importe comment ses affaires ? Elle allait prendre un temps fou avant de tout avoir rangé et jamais cela ne serait près à temps.

La solution lui apparu comme une évidence et elle décida de se faire une table de cartons et des chaises de cartons avec, le reste des cartons, elle les empila dans un coin de la pièce et commença donc à cuisiner c'était le mieux qu'elle pouvait faire pour le moment. Les odeurs d'épices envahissaient le couloir.

Elle qui n'avait jamais été très créative elle s'auto étonnait d'avoir eu cette idée de génie. Après tout pourquoi pas des meubles en cartons si les meubles en bois avaient été oubliés en kit à gauche et à droite. La seule chose qui la mettait hors d'elle c'était de penser à ces déménageurs sans scrupulle qui lui avait fait payé cher un service qu'ils n'avaient pas rendu ensuite. Halia remua la nouriture dans son wok, goutant un petit morceau de viande mijotée dans de la sauce relevée, c'était très bon. Il ne restait plus qu'un détail et c'était l'arrivée de Kodama.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep - 16:42
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
-Et merde, je n’ai pas envie d’être en retard.
Me réveiller. Cela à toujours été l’une des tâche les plus dures pour moi. Devoir ouvrir les yeux et me faire agresser par les rayons du soleil n’est pas non plus ce que je préfère. Je me sens si fatiguée en ce moment même, et à regarder mon réveil, j’ai de fortes chances d’être en retard à mon petit rendez-vous organisée par ma nouvelle collègue, Halia. Franchement, il serait déplacée de ma part de lui poser un lapin après tout le mal qu’elle à du se donner pour arranger ce qu’il fallait chez elle. Je n’imagine pas le désordre chez elle, suite à l’emménagement. La directrice de l’académie m’à aidé à éviter cela en me donnant à logement dans son petit bijou. Toutefois, avoir son propre logement n’est pas non plus quelque chose d’horrible, c’est même un privilège lorsque l’on travaille avec des jeunes et qui se montrent assez bruyant le soir. Ce n’est pas vraiment le cas à l’académie, les petites savent se montrer muettes comme des tombes alors, je ne souffre pas trop. De toute façon, cela aurait été le prix à payer pour avoir accepté un poste en temps que surveillante dans une école si réputée que celle-ci. Mais, je l’aurais supportée avec dignité, cette dure corvée.
Enfin bref, là n’est pas le souci ! L’heure est grave, je dois me dépêcher de sortir de ce lit horriblement confortable et me rendre au rendez-vous en temps et en heure. Avec difficulté, je parviens à me hisser du lit tout en râlant et me rendit à la douche, où je ne perdis pas de temps. Ah Halia, si tu savais tout ce que je fais pour toi, tu devras comprendre que c’est un grand sacrifice de ma part. Quelque minutes plus tard, je me trouvais sur le pas de ma chambre, parfaitement bien habillée, bien que mes cheveux étaient dans leurs états naturelles, je me trouvais assez présentable !  Je me dépêchais de prendre le petit cadeau que je lui avait acheté, un maneki neko, comme ça, elle aura toujours la chance à ses côtés.
-On y va.
Après m’être équipé du plan trouvé sur un internet, je me mis en route pour aller retrouver Halia chez elle. Après une trentaine de minutes, j’arrivais à un appartement, sans doute celui d’Halia. J’inspirai un grand coup et appelais  sur l’interphone, une personne au hasard qui daigna m’ouvrir avec gentillesse. Une fois les remerciements faits, je me rendit à l’étage où mon amie habitait et arrivait quelque minutes plus tard devant la porte. Je toquais alors à la porte et attendis qu’elle m’ouvre. J’affichai un large sourire.
-Salut Halia !
Je lui fis la bise avec maladresse, je n’ai pas trop l’habitude mais bon, là je n’ai pas trop le choix. Ensuite, je lui tendis, mon petit cadeau soigneusement emballée dans du papier-bulle.
-Tiens, c’st un porte-bonheur au japon, avec ça, la richesse te sourira peut-être. Et puis, comme c’est un chat, tu sauras qui te l’a offert.

Je riais, n’est-ce pas elle qui trouvait que je ressemblais à un chat ? Et puis je trouve qu’il à ma tête quand je dors. Un sourire et une tête de bébé. J’attendis qu’elle m’invite à entrer avant de constater les piles de cartons au fond de la pièce, elle avait du galérer. Je compatis.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Sep - 16:25
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia était désespérée de voir autant de cartons et pourtant une certaine fougue s'était emparée d'elle en la changeant en véritable marraine la bonne fée croisée dragonne pour faire la cuisine et préparer un repas digne de l'estomac de sa jeune collègue qu'elle voyait bien être un estomac sans fond qui n'est jamais totalement rassasié par ce qu'il ingère alors elle avait préparé de quoi nourrir un régiment mais dans le pire du pire des cas ça ferait des réserves à Kodama pendant un jour ou deux en espérant qu'elle ne se lasse pas de manger la même saveur pendant plusieurs jours d'affilées. Elle se crispa un peu lorsqu'elle entendit toquer et se dit qu'il ne pouvait y avoir qu'une seule personne pour ne pas avoir prit la peine de sonner à l'interphone ou l'avoir tout simplement zappé et c'était Kodama alors un sourire ravit vint s'installer sur son visage. L'infirmière scolaire ouvrit la porte en l'accueillant à l'intérieur de son appartement meublé de cartons une table de cartons et des chaises de cartons empilés.

La jeune femme cligna plusieurs fois des yeux d'habitude dans son pays on ne donnait pas la bise pour dire bonjour, mais elle ne s'en choqua pas à outre mesure les manières n'étaient probablement pas les même entre le Japon et son pays natal. Halia prit le cadeau en souriant chaleureusement venant l'ouvrir pour dévoilà un de ces chats avec la patte levée dont elle avait totalement oublié le nom et qu'on voyait dans presque toutes les boutiques au Japon.


"Merci beaucoup Kodama mais je t'en prie assieds-toi, hum oui je suis désolée pour le bazar j'ai eu un petit soucis avec les déménageurs, alors tu as soif et faim ?"

Elle passa ses doigts sur les contour du chat porte bonheur et émit un petit rire amusé.

"J'aurais comme un portrait de toi Kodama!"


Dit-elle sur le ton de la plaisanterie avant de déposer le chat sur un endroit où il ne risquait pas d'être accroché et brisé. Ensuite elle apporta de quoi se désaltérer et quelques apéritifs qu'elle avait préparés alors que son plat mijotait toujours à feu doux et répandait une odeur délicieuse dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Oct - 20:07
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Oups ! J’ai encore fais une gaffe je crois ! Voilà Halia qui me fixe, avec des yeux aussi ronds que des œufs de poules ! Serait-ce dû à la bise que je lui ai faite ? Sûrement. Je pense que l’on n’en fais pas dans son pays, ni au japon d’ailleurs, juste dans les payx occidentaux mais disons que j’ai voulu innover un petit peu. Je crois que j’ai vraiment gaffée, la prochaine fois je ferai attention.  La prochaine fois, je penserait à me gifler lorsque j’aurais de drôle d’idées. Telles que celles-ci…Pardonnes moi Halia, je ne sais pas si tu lis dans les pensées, mais je l’espère, pour que je puisse m’excuser sincèrement sans même ouvrir la bouche. Question de fierté. Le truc c’est qu’elle n’a pas réagi de façon agressive, elle à surtout fais comme si de rien était, et je pense que c’était la meilleure chose à faire devant cette bourde tout à fait…Ridicule. Je la remercierai jamais assez d’avoir rabattu son attention sur le présent que je lui ai acheté. Si c’était possible, je lui sauterai dessus pour lui dire « merci », mais je pense que je l’ai assez choqué comme cela. On va se canaliser, au risque de la voir s’enfuir, loin, très loin.
La voilà qui me remercie, en justifiant se bazar monstre. Elle n’en avait pas vraiment besoin, je comprends. Elle vient d’arriver et les déménageurs, ne sont pas toujours « cools ». En plus, je ne vais pas mentir en disant que le bazar, ça me dérange. Donc, sincèrement, c’est le dernier de mes soucis. Mais, j’avoue que la voir aussi stressée me fais rire. Est-elle toujours comme ça ? Je crois que oui. En attendant, je la regarde déballer le cadeau, je suis presque sûre qu’elle a déjà vu un. C’est obligé. J’espère que ça lui fera plaisir. Avec curiosité, j’analysai chacune de ses réactions, cela à l’air de réellement lui plaire, et son remerciement le confirme. Je soufflais de soulagement mais étouffais un rire lorsqu’elle me fit remarquer qu’elle aurait un souvenir de moi. C’est clair ouais. Je ne lui sortirai pas de la tête ! Que je suis bête. Alors qu’elle m’avait priée de m’asseoir plus tôt, je m’exécutai en allant sur une chaise à la table de la pièce, la remerciant une fois qu’elle revint avec une boisson et les apéritifs, alors que je n’avais rien dis. Très prévenante celle-ci. J’ai trouvée pire que ma mère. Mais j’avoue que ce qui m’intéressait le plus était l’odeur du plat qu’elle préparait sûrement. Je pourrais en baver. Il avait l’air délicieux. Calme toi Kodama. Attends un peu. Pour l’instant, regarde Halia et parles le lui.
Avec un sourire, je regadai autour de moi, avant de braquer mon attention sur elle.
-Ben dit-donc, si on oublie les cartons et tout le tralala, tu n’as pas eu un taudis comme domicile.

Tout doucement, je piquais une petite chips dans l’une des gamelles pensive, avant de déclarer.
-En tout cas, tu en a du boulot. Mais si tu veux, je peux t’aider, ça ne me dérange pas.

En mâchant lentement ma chips, je fixais Halia sans réellement penser à quoi que ce soit. J’ai rien à faire ce week-end de toute façon, je peux bien l’aider non ?
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 17:09
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
La remarque de Koda fait rire Halia, depuis quand elle se permet de donner un surnom à la jeune femme ? Peu importe, elle est drôle et spontanée c'est exactement ce qui lui plaît chez elle à par son visage de chat adorable, parfois Halia avait envie de lui caresser le dessus de la tête pour vérifier si elle ronronnait.
"Après avoir revendu ma maison j'avais assez d'argent pour acheter l'appartement alors j'en ai profité et toi ? A part le dortoir tu as un chez toi ?"


Lorsqu'elle lui proposa son aide, Halia lui sourit un peu gênée, de l'aide était la bienvenue, mais elle ne souhaitait pas embêter Kodama avec cela et la priver d'un jour de congé qui devait être sans doute sacré pour la jeune femme qui avait l'air de beaucoup travaillé.


"Je te remercie pour ta proposition, mais tu travailles assez comme-ça et puis je finirais bien par en venir à bout j'espère ! Je t'inviterais lorsque toutes mes affaires seront rangées correctement."


Halia vint s'asseoir à côté sa petite tête de chat favorite venant trinquer avec elle avant elle aussi de prendre une chips ou deux.


"Au fait Kodama...tu as quelle âge toi ? Tu as l'air aussi jeune que les petites du lycée ? Tu ne dois pas beaucoup être plus âgée n'est-ce pas ?"


Demanda t'elle en lui faisant un clin d’œil accompagné d'un sourire tout ce qu'il y avait de plus amicale. Elle écouta la réponse avant d'aller remuer son plat qui sentait meilleurs au fur et à mesure et finalement elle vint servir les assiettes appelant Kodama à venir à table.


"J'ai essayé de ne pas faire trop piquant mais c'est fort relevé tout de même et si ce n'est pas assez piquant il y a de l'huile de piment à ta disposition...bon appétit Kodama et merci d'être venue!"


Halia commença à manger dégustant son plat, comme de fait il était relevé, mais elle aimait les plats très épicé alors ça ne la dérangeait pas du tout, d'ailleurs elle ajouta un peu de sauce pimentée.Il s'agissait d'un plat typique de son pays et elle regarda Kodama.


"Alors ? Tu aimes ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Oct - 9:32
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Écouter quelqu’un parler autre que des élèves du pensionnat, ça fait combien de temps que je n’ai pas fais ça ? Sûrement un siècle entier. Entendre toujours la même chose, m’à complètement retournée le cerveau et avoir une discussion normal me paraissait jusqu’ici impossible. Je remercie grandement ces pestes d’avoir foutu le bazar dans ma tête. Bon, ce sont les risques du métier et en y pensant, cela ne me dérange pas tant que ça. Ouais, peut-être suis-je victime du masochisme et que j’y prends du plaisir –bon, peut-être pas en fait, je ne vais pas aggraver mon cas- mais ce n’est pas très dérangeant.  Au moins, j’aime ce que je fais et je ne veux rien changer à ma vie actuelle. Je me demande ce que pense mes parents de tout cela, ils ne sont pas contents je le sais, mais je me demande s’ils attendent que je craque. Hé ben si c’est le cas, malheureux c’est pour eux, mais il est hors de question que je change de métier.

Je  regardais Halia et son petit air gênée et l’écoutais dire que je travaillais assez pour l’aider. Je retins un ricanement. Ce n’est pas totalement faux mais cela ne me dérange en rien et puis je n’ai surtout rien à faire moi. Quoi qu’en tant que personne normal je devrais profiter de mes congés mais comment dire cela ? Je ne sais même plus comment profiter de ça sans m’occuper des futures stars. C’est idiot mais c’est comme cela et je ne peux rien y faire. Dans tous les cas, elle petu dire ce qu’elle veut, je l’aiderai quand même, je persisterai.

Après avoir trinqué avec elle, je l’observais manger ces quelques chips…Jusqu’à ce qu’elle pique mon attention. Sa question fut comme une bombe et d’un seul coup je me redressai en faisant des yeux ronds. Moi, je fais le même âges que les petites, Mais qu’est-ce que c’est que ce jugement ? Je devrais m’en sentir offensée mais voilà que je marre après qu’elle m’ait fais un clin d’œil et l’un de ses jolies petits sourires.
-Hé mais Halia ne dis pas ça ! Je suis une grande fille de 22 ans majeure et vaccinée ! C’est ma tête c’est ça ?
Voilà que je rigole intérieurement, franchement, je ne fais pas si jeune si ? De toute façon, je n’ai pas trop le temps de penser, Halia à servi les plats sans que je la sente partir et me voilà en un éclair à table. J’examine le plat, il à l’air délicieux, je n’entends qu’à moitié Halia me dire que la sauce piquante est sur le côté –enfin si c’est ça qu’elle à dit- tant je suis émerveillée devant la nourriture qu’elle nous à fait. Je pris le temps de l’écouter me remercier et me souhaiter bon appétit. Ce n’est pas grand-chose mais, je me sens comme flattée. Ah j’ai sincèrement des soucis. Prenant ma fourchette, je pris une bouchée de son plat et là, j’ai vu les cieux. Mes papilles sont bien plus que satisfaites et je manque de pousser un cri de plaisir alors qu’elle me demande ce que j’en pense. Je me met à sourire, je sens que cette tête d’enfant revient.
-Mais c’est délicieux ! Tu cuisines trop bien, comment tu as appris à cuisiner aussi bien ?
Je la regarde sans la quitter des yeux avant de penser à quelque chose. Je crois que plus tôt, elle m’avait demandé si j’avais un chez moi ? Je n’y avais pas fais attention. Je me met à soupirer avant de couler un regard désolé à Halia
-Au fait, désolée tout à l'heure j’ai oubliée de répondre à ta question. En fait, j’ai un « chez-moi » où je vivrai avec mes parents et ma petite sœur mais franchement, je n’y retournerai pas, ce n’est pas du tout la même chose là-bas et vivre dans le luxe, c’est pas mon truc. »

Je la regardai encore un moment, avant de manger à nouveau, manger cela à le don de me faire sourire comme une idiote. Je suis irrécupérable
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Oct - 15:19
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia regarda Kodama un peu étonnée lorsqu'elle lui répondit qu'elle avait 22 ans parce qu'elle lui aurait clairement donné moins, elle s'était lourdement trompée et elle s'en sentait un peu honteuse de lui avoir dit cela. Kodama qui tout d'abord s'était redressée avec de grands-yeux rond se mit à rire au lieu de s'en offenser et cela soulagea énormément le stresse passager de la doctoresse.

"Pardon Kodama, tu faisais si jeune que je ne t'aurais pas donnée plus de la vingtaine à vue de nez, mais finalement c'est une bonne nouvelle."

Halia appuya ce qu'elle venait de dire par un petit sourire gentil et un peu charmeur de surcroît. Lorsqu'elles furent toutes les deux assise sur la table de carton, la nouvelle infirmière scolaire arrêta de manger pour voir la réaction de Kodama qui s'exclama avec une certaine hyperactivité qu'elle adorait sa cuisine tout en la complimentant énormément sur ses talents de cuisinière. Il avait bien fallut qu'elle apprenne à cuisiner puisqu'elle avait toujours été livrée à elle-même depuis son enfance, mais en vérité il n'y avait qu'un ou deux plats qu'elle savait faire par cœur un autre temps avec son ancien travail qui prenait beaucoup de temps, elle mangeait le plus souvent des repas tout préparé à la cafeteria de l'hôpital ou des plats à réchauffer 3 minutes au micro-ondes et emballé sous-vide. A présent qu'elle allait avoir plus de temps, il faudrait qu'elle cuisine plus pour elle et qu'elle apprenne plus que deux recettes surtout si elle comptait inviter plus souvent la petite surveillante aux yeux de chat.

"En fait je ne sais cuisiner que deux plats je suis plus une adepte de la cuisine toute faite qu'on vend au super-marché mais je me disais que ça faisait moyen de t'inviter pour réchauffer un plat au micro-onde"


En disant cela elle se mit à rire légèrement puis continua à manger son plat très épicé et dans lequel elle rajoutait encore un peu d'huile piquante, une huile qui aurait pu changer n'importe quelle personne normale en véritable dragon crachant du feu, mais qui n'avait aucun effet sur elle. Kodama répond finalement à une question que Halia lui avait posée un peu plus tôt en début de soirée et lui révèle qu'elle ne compte pas retourner vivre chez ses parents et qu'elle a une petite sœur, c'est probablement pour cela qu'elle s'entend si bien avec les adolescentes de l'académie. Halia ne lui pose pas plus de question, c'est le choix de Kodama si elle ne veut pas y retourner c'est qu'elle a une excellente raison alors ce n'est pas à elle de venir remuer le couteau surtout qu'elle ne la connaît que depuis peu et au final elle ne connait pas grand-chose sur elle si ce n'est qu'elle aime manger fort épicer tout comme Halia.


"Si tu as encore faim ressers-toi ! Il est là pour ça!"

Halia montre avec son index le wok encore remplit de ce qu'ils ont dans l'assiette apparemment elle en avait prévu pour une grosse mangeuse ne sachant pas quel genre d'appétit à la surveillante.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Oct - 14:58
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Me voilà en train de finir mon assiette, la tête dans les nuages. En fait, je repense à ce qu'il s'est passée plus tôt. Quand Halia m'a demandé si j'étais une jeune fille, ou plutôt ce que j'en ai compris. Juste après ma réponse, Halia m'a assurée me trouver plus jeune juste après, la voilà qui me dis que c'est une "bonne nouvelle", accompagnée d'un sourire où je cru déceler...quelque chose comparable à du charme. Si je n'avais pas contrôler mon visage, il est sûr qu'elle aurait vu ma surprise sur mon visage. C'était inattendu et pourtant, ce n'était pas désagréable. Je ne comprends pas pourquoi je ne m'en suis pas offusquée. Je suis sûre qu'elle venait de me charmer, même ne serait-ce qu'une seconde. Et je n'y ai vu aucuns inconvénients. Je pense que je suis plutôt grave mais je sais toutefois que je ne devrais même pas chercher plus loin. Si je ne me comprends pas, pourquoi me frustrer à chercher une réponse que je n'aurais jamais ? Bonne question. Mais j’avais préféré me rabattre sur le plat qu’elle venait de faire plutôt qu’y repenser une nouvelle fois.
En tout cas, je sais au moins que j’ai très faim avec ce plat qui me ferait bien saliver ! Planter mes couverts dans le délicieux plat en sachant que je les mettrais très rapidement dans ma bouche, m’enchantait et me faisais crier de plaisir –intérieurement bien sûr- et je me retins de pousser un « oh ?: » lorsqu’Halia m’avouait ne savoir que préparer deux plats, plutôt adepte de la cuisine déjà préparée. Elle a cuisiné pour moi ? Hé bien, si la décence ne me connaissait pas, Halia se serait retrouvée au sol dans mes bras, mais comme je sais très bien que mes désirs sont complètement fous, je ne ferai rien du tout et je me contente de la regarder avec un regard reconnaissant. Il faudra que je lui cuisine un truc un de ces quatre ! Même si…Hé bien ça fais quand même quelques mois que je ne cuisine plus. Il faut que je l’impressionne. Pourquoi ? Je ne sais pas, j’en ressens juste l’envie et comme une idiote, me voilà en train de hausser les épaules à cette pensée. De plus, Halia vient de m’autoriser à manger à nouveau, je n’ai pas le droit de penser là. 
-Oh oui merci Halia !
J’essaye de ne pas sourire mais c’est impossible, je suis trop expressive avec cette tête d’enfant que j’ai. J’ai pas le temps de m’insulter de toute façon, mes mains sont déjà sur le wok et je me resserre en jubilant à nouveau. Je le repose ensuite avant de lancer :
-C’est décidée, je te ferai moi-même un plat ! Je pense ne pas avoir perdu la main.
Je ne l’ai pas perdue devrais-je dire. Pour une amie, je dois faire de mon mieux. Surtout pour Halia. C’est con, mais je la trouve tellement mignonne que j’ai envie de faire des choses que je ne suis pas censée faire, en tant que bonne flemmarde. C’est drôle. Je me remet à manger en regardant Halia un instant et lui demandais.
-Au fait Halia. Pourquoi est-ce une bonne nouvelle que je ne sois pas aussi petite que les gosses de l’académie ?
Je n’avais pas oublié cela et ma curiosité devenait indomptable. Je clignais des yeux afin qu’elle n’ait pas l’impression que je la fixe et lui sourit, sûrement pour la rassurer parce qu’Halia, elle devient très vite gênée et ça...
 C’est trop mignon !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 11:02
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia regarde Kodama manger la voir se régaler lui fait plaisir, mais à présent qu'elle sait qu'elle a la vingtaine dépassée de deux années plus rien ne peut l'empêcher de la voir sous un autre angle et puis lorsque cette neko-girl paraît aussi profondément perdue dans ses propres pensées l'infirmière trouve cela très mignon. Décidément, elle aime voir les différentes facettes que lui montre la surveillante et ses mimiques associées qui sont un véritable divertissement pour la professionnelle de santé qu'elle est. Elle voudrait être dans sa tête pour savoir à quoi elle pense avec tant de ferveur.

Halia la regarde se resservir de son plat, elle préfère 10 fois quelqu'un qui mange d'un bon appétit plutôt qu'une de ces personnes superficielles qui compte chaque calorie au grammage prêt, même en tant que médecin elle n'a jamais été aussi obsédée par le calcul des apports énergétique de sa journée et vu le nombres d'heures qu'il lui arrivait de passer en salle d'opération, elle brûlait suffisamment de calories au cours d'une semaine de vacances pour s'enfiler un repas bien gras au moins une fois par semaine. Halia la regardait toujours, son visage soutenu dans une de ses mains et lorsque la jeune surveillantes aux cheveux en bataille s'exclama bien fort qu'elle avait décidé de cuisiner pour elle un sourire peignit son visage, un sourire doux accompagné par un regard heureux et serein. Cela faisait des mois qu'elle était toute seule alors avoir un peu de compagnie ne lui faisait pas de mal voir même c'était tout le contraire ça lui faisait beaucoup de bien.

Halia semble amusée par sa question et elle lui répond donc sans détour ce qu'elle pense.


" Comme ça je peux passer du temps avec toi sans avoir l'air de faire du détournement de mineure"

Cette phrase pouvait être interprétée de bien des manières et c'était exactement ce que voulait Halia et une légère rougeur sur les joues vint s'imprégner sur elle. A quoi pensait-elle réellement en lui répondant ceci ? Si cette très chère Kodama lisait entre les lignes alors elle aurait la réponse, il faudrait évidemment compter sur un sens de la subtilité plutôt développé aussi. Halia était-elle ouvertement occupée à la draguer ? Hey! Bien peut-être que oui ? Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Fév - 19:10
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Je crois qu'après ce délicieux repas, je vais me sentir obligée de la remercier plus de cent fois afin de lui montrer ma gratitude. Non sérieusement, c'est vrai que comme n'importe qui je mange mais sans réellement faire attention à quoi. Mais avec Halia, il est impossible que je ne puisse pas m'extasier sur le plat qu'elle vient de me faire. Même si, comme elle le dit, ce n'est que l'un des deux plats originaire de son pays, elle reste pour moi une sacrée cuisinière. C'est dingue, je ne peux m'empêcher de lui jeter des fleurs, on pourrait presque dire que chez moi, c'est devenue une manie irréversible.
Par contre, je pense que je devrais peut-être lui accorder un peu plus d'attention. Me perdre dans mes pensées comme cela, ce n'est pas très poli n'est-ce pas ? Surtout lorsque l'on apprécie quelqu'un. C'est pourquoi mes yeux s'orientent vers elle alors que mes oreilles se décident enfin à être apte à faire leur boulot quand Halia se met à me parler et sincèrement, je ne sais comment prendre ce qu'elle vient de me dire. "Passer du temps avec moi sans avoir l'air de faire du détournement de mineure". Je ne sais pourquoi je sens ma voix se bloque dans ma gorge et que mon cerveau semble s'arrêter complètement. Je repose ma fourchette dans mon assiette avec douceur et sourit faiblement. J'ignore aussi pourquoi cela m'amuse. Halia serait-elle en train de vouloir me faire comprendre quelque chose ?
-Je ne fais pas si jeune..

Je pousse mon assiette un peu plus loin sur la table de ma main et finit par la regarder droit dans les yeux, une drôle d'envie de vouloir la pousser à m'expliquer ce qu"elle veut dire par là. Mais je devrais peut-être m'y prendre avec subtilité ? Non, ça et moi ça fais trois et non deux 
-Alors ça veut dire que ma compagnie te plais ?

Tiens, me voilà avec un ton presque enjouée. En même temps...Comment ne pas l'être en sachant que l'infirmière de l'académie m'apprécie ? Bonne question qui me tracasse quand même un peu. Si je n'étais pas en sa compagnie, je crois que je serai déjà en train de me tirer les cheveux en ce qui concerne Halia et pourquoi ? Je n'en sais strictement rien...Ou du moins, je ne veux pas tellement le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Fév - 12:51
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
La thaïlandaise fraîchement débarquée au Japon la regarde d'un air hautement amusé, espérons qu'elle ne l'ai pas choqué en lui disant qu'elle ressemblait à une élève. Halia sourit de plus belle en l'entendant dire qu'elle ne fait pas si jeune et elle se tâte pour savoir si elle va lui répondre ou pas ? Elle la regarde pousser son assiette terminée, elle n'a plus faim apparemment. L'infirmière surprend le regard de Kodama dans le sien, on dirait qu'elle cherche à avoir des réponses ce qui la fait rire très légèrement puisqu'elle ne fait preuve d'aucune subtilité dans sa question.

Le visage de la chirurgienne prend un air plus félin, plus charmeur et elle se relève se couchant presque sur la table en mettant de côté les assiettes pour s'arrêter à quelques centimètre du visage de Kodama et plonger son regard d'ensorceleuse dans celui de chaton de la surveillante.
"Disons qu'il n'y a pas que ta compagnie qui me plait !" Halia lui répond d'une voix mélodieuse et un peu dragueuse aussi avant de venir déposer ses lèvres l'espace d'une seconde sur la joue de Kodama ne laissant qu'un bref contact se faire avant de regagner sa place comme-ci rien ne s'était produit.

La jeune femme espérait ne pas être allée trop loin car elle était au courant que les nippons avaient une sorte de taboo pour les rapprochements tactiles, ce qui n'était pas son cas et puis l'éducatrice ne semblait pas être de ce genre non plus.

"Veux-tu un dessert ?" Halia avait posé sa question histoire de meubler un peu le silence, elle avait aussi prévu une petite douceur sucrée pour parfaire ce repas. Elle avait juste eu l'immense flemme de le cuisiner alors elle était passée chercher un tarte dans une boulangerie pâtisserie.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Fév - 18:51
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Je n’arrive plus du tout à baisser les yeux ou tout simplement arrêter de la fixer comme cela. C’est vrai, cela ne se fait pas mais je n’y arrive pas. J’attends des réponses, mais de quoi ? C’est une bonne question. Les paroles d’Halia ont eu comme l’effet d’une bombe. Sans réelle raison.  Mais ce qu’il y a de drôle dans cette histoire, c’est que cette bombe, grosse comme elle soit, me semble tout de même positive. Positive pour moi, positive pour elle, Halia. Mais mon esprit semble ne pas vouloir comprendre ce que celle-ci tente de me faire comprendre. Décidément, il est bien idiot cette esprit que l’on m’a donné. Je vais finir par faire exploser ma pauvre petite tête si ça continue. Allez Koda’, inspire et expire. Tout se passe bien, ce  n’est qu’un rendez-vous ou plutôt un repas et il n’y a rien à comprendre, si ?
Sauf que sans que je le veuille, je sursaute lorsqu’Halia se penche vers moi. Elle ne va pas faire tomber les assiettes ? Je ne devrais pas penser à ça alors que son visage se trouve juste à quelques centimètres du mien et que son regard commence à être sérieusement dangereux. Certes, je sais qu’Halia a de beaux yeux, de magnifique même mais il y a quelque chose qui vient de changer dans son regard et qui m’oblige à ne pas baisser les yeux. Il est insistant, pire que le mien et plus puissant. Elle ne me touche pas et pourtant, j’en ai l’impression avec ces frissons qui me traversent. Ses paroles n’arrangent  rien à ma situation, ni même la sensation de ses lèvres sur ma joue. Une sensation qui me fige et qui ne me laisse même pas respirer la seconde que ça dure.
Je reste là comme une statue à la regarder sans comprendre, ou plutôt en commençant à comprendre. Oulà, ça devient compliqué pour ma petite tête. C’est surtout…surprenant. Petit à petit j’émerge et je regarde Halia faire comme si de rien n’était. Non, c’est moi qui devrait plutôt faire cela et au lieu de ça, je reste là à la regarder sans rien dire alors que ce silence pesant commençait à sérieusement me gonfler. Du coup, je remerciais infiniment Halia quand elle vint à parler et je me mis à acquiescer directement. Un peu de sucre pour faire passer ça et me remettre les idées en place.
-Ouais merci !
En attendant qu’Halia me donne mon assiette, je devrais réfléchir à comment parler de ça avec elle. Ouais, parce qu’il n’est pas possible que je laisse cela comme ça. Je balance mes pieds pour me détendre. Vraiment, ça aurait dû m’énerver ce bisou, m’énerver au point de lui gueuler dessus mais on. Non, j’ai apprécié. Je ne suis pas bête, ou pas autant que je pourrais le penser. Ce n’est pas possible de ne pas se rendre compte après ce genre de contact que l’on attire quelqu’un et je crois que je plais à Halia. Je ne sais pas comment me sentir ni même quoi lui dire, ni comment réagir. Sourire ? Danser ? Sauter de joie ? Ouais, tout ce qui ramène à la joie quoi.
Je mange tranquillement le gâteau en silence, il est bon mais ce n’est pas ça qui m’intéresse, du coup je me dépêche de finir la tarte et râle quand je remarque que j’ai vraiment mangé comme un cochon avant de m’essuyer avec la main. Très classe oui mais là je suis pressée. Je finis par regarder Halia en tentant de cacher mon désarroi et laisse le sourire qui me titille depuis tout à l’heure se dessiner sur mon visage.
-Hum..Halia..J’aimerai que l’on discute toutes les deux.
Je souffle légèrement pour calmer les battements de mon cœur. Non mais ce n’est pas vrai ! Il va falloir que je récupère mon  courage là.
-Tu sais, ça ne m’a pas dérangé ce que tu m’as fais tout à l’heure pour être honnête.
Je me mords la lèvre mais ne la lâche pas du regard.
-En fait j’ai carrément appréciée mais je suis vraiment pas douée pour le faire comprendre du coup je préfère te le dire clairement.

Bon, ça y’est je ne me sens plus du tout perdue là. Je crois que lui expliquer était la solution. Je me sens bien plus détendue et scrute chacune de ses réactions sans réellement le cacher. Non, je ne le cache pas du tout même. Je reste sérieuse et continue de la regarder un instant sans rien dire.
-Pour moi aussi, n’y a pas que ta compagnie qui me plait Halia.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Fév - 19:32
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia ne peut que penser à Kodama, elle a sentit de suite une alchimie entre les deux, un lien se former et une attirance sexuelle d'adulte lorsqu'elle la vit. Pourtant, jamais elle ne s'était imaginée avoir une aventure avec une femme surtout après avoir été mariée et trompée et pourtant ... elle laissa un petit soupir inaudible s'échapper, peut-être que c'était son ticket gagnant pour tourner la page définitivement et peut-être qu'elle arriverait à être heureuse comme-ça ? Halia aimait se projeter dans l'avenir et faire des projets sans doute un de ses plus grands défauts. Autant elle s'imaginait facilement avoir des relations d'adultes avec Kodama, elle lui avait tapé dans l’œil. Elle aimait bien son air de garçon manqué, son visage de chaton, ses cheveux court en bataille comme-ci elle s'était levée et avait décidée de mettre ses doigts dans la prise, son physique caché par des vêtements ample, son air protecteur oui ce qu'elle aimait le plus chez elle ça devait être tout ça réuni et sa tête de perdue. Halia se tourna vers son évier pour lui faire dos tout en coupant la tarte et en la servant, la voir aussi paumée ne manquait pas de la faire rire très discrètement.

L'infirmière scolaire lui donna son dessert et la regarda l'engouffrer comme-ci Kodama ne se rendait pas compte. Elle se posa la question de savoir si réellement la jeune demoiselle en face avait comprit où Halia voulait en venir ? Elle n'était pas stupide et puis la thaïlandaise s'était montré plus que claire. Elle dégagea une mèche brune qui était malencontreusement passée au travers de son visage avant de la regarder à nouveau voilà qu'elle lui demandait pour avoir une discussion n'était-ce pas ce qu'elles étaient occupées à faire depuis le début de cette soirée ? Halia ne dit rien, elle laisse Kodama s'exprimer et elle ressent une certaine hésitation dans la voix ce qui pousse la médecin à se sentir un peu anxieuse jusqu'à ce qu'elle lui avoue que son bisous ne l'a pas dérangée et qu'elle l'a beaucoup apprécié et ajoutant ensuite qu'elle n'était pas douée pour la communication ce que Halia avait bien entendu déjà remarquée depuis leur première rencontre en fait avant de terminer son explication en reprenant la phrase de l'infirmière lui disant qu'elle lui plaisait aussi.

"Et est-ce que tu en voudrais d'autres ?"

Une question posée sur un ton et de manière si innocente alors qu'elle ne l'était absolument pas. Halia rangea donc les assiettes sales près de l'évier, elle ferait la vaisselle plus tard et demanda plus clairement.

"Je n'ai jamais eu de relation avec une femme, mais toi j'ai envie de t'embrasser depuis à peu prêt notre première rencontre"


La vérité crue sans filtre et dites absolument sans aucune possibilité d’ambiguïté.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 12:40
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
J’ai bien mal au ventre. Je crois que je n’aurais pas dû manger si vite ! Mais bon, ce n’est pas vraiment ma faute si j’ai été, un petit moment, complètement chamboulée de l’intérieur, au point de ne pas arriver à réfléchir correctement. Déjà que ce n’est pas simple en temps normal, hé bien Halia n’a rien arrangé. Le positif dans cette histoire c’est que ce ne fut que le temps d’un repas. Ma petite tête est de nouveau apte à se remuer les méninges et là, j’avouerai que je n’ai pas trop le choix. Je ne sais pas pourquoi, mais le besoin de dire à cette jeune femme que ce qu’elle ressent, je le ressens aussi. Ce n’est pas du tout simple mais je fais avec. Je devrais quand même être satisfaite que cela soit réciproque mais je ne sais comment réagir. Partagée, je le suis certainement.  Bien heureusement, manger m’a tout de même permis de plutôt bien prendre ce changement tout nouveau en moi et capter que je suis attirée par Halia. Honnêtement, je crois que je viens tout juste de le savoir. Maligne comme je suis.Il est grand temps que je grandisse un peu et je crois que travailler avec des sales gosses ça n’arrange rien et que la maturité tant désirée par moi ne veut toujours aps se pointer.
 
Mais même sans maturité, je sais à quel point Halia est loin de ne me laisser indifférente. Je ne saurai dire ce qu’il me plait chez elle. Je l’observe, je l’observe mais je n’ai pas ma réponse. La douceur sur son visage ? Son caractère assez surprenant ? Tout ? Ça doit être ça. Tout ce qu’est Halia mais je ne sais pas si je saurai le dire clairement comme je le pense. Mieux même et le fait qu’Halia m’écoute sans rien dire n’arrange rien. Elle doit être elle aussi dans un état comparable au mien, ou presque. Elle semble plus douée que moi en matière de maîtrise de ses émotions. Dans ces cas-là. Et cela se voit à nouveau quand elle vient à me demander si je voudrais d’autres bisou comme le précédent. Je me redresse instinctivement et sent mon visage se défigurer face à la surprise. D’autres ? Elle me le demande vraiment ou elle plaisante ? Son ton innocent ne m’aide pas à savoir. « Bien sûr Halia j’en veux pleins d’autres ! » Qu’elle ne s’attende pas à ce que je lui balance ça même si j’en ai envie, j’ai ma fierté. Alors tout ce que je fais c’est la jouer avec doigts qui s’entremêle alors que mon regard balaye la salle, signe de stress, je sais pas du tout quoi dire. Jusqu’à ce qu’elle m’avoue avoir eu envie de m’embrasser dès notre première rencontre…Et qu’elle n’a jamais eu de relation avec des femmes. J’esquisse un sourire avant de pouffer sans le vouloir.
-Ah oui ?

Je me sens différente et me penche en m’appuyant sur le table pour regarder Halia.
-Cela doit être compliquée. Tu serais prête à changer cela Halia ? Sortir avec une femme ?

Je sens que je la fixe à nouveau. Je suis très sérieuse en lui demandant cela. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Ma voix se fait murmure à présent. Je me penche un peu plus et je dépose un léger baiser sur ses lèvres avant de reculer et m’asseoir
-Ne prends pas cela à la légère.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 15:53
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Les secondes s’écoulent et Halia remarque le visage de Kodama se tendre dans la surprise, qu’y a-t-il de si surprenant à ce point ? Ce n’est pas comme-ci l’infirmière scolaire avait tenté de dissimuler ce qu’elle souhaitait et voilà qu’elle découvrait une autre facette amusante de la jeune surveillante, une facette immature qui ne dura que l’espace d’un instant avant que celle-ci ne pouffe de rire à son aveu. Lui demandant si elle était prête à essayer d’être en couple et cette question sembla si évidente à Halia qu’elle ne pu que rejeter sa tête en arrière traversée par un rire sincère.

La jeune femme aux longs cheveux souples se calma pour regarder Kodama cette fois-ci plus sérieusement, elle allait ouvrir la bouche pour lui répondre, lui dire que si elle l’avait fait venir ici ce n’était pas que pour jouer avec ses sentiments et avoir le plaisir de voir ses différentes expressions refléter exactement ce qu’elle ressent.

La thaïlandaise vient de se faire museler par un tendre et bref baiser sur les lèvres, elle ne s’attendait absolument pas à ce que Kodama fasse un tel premier pas et sur le coup elle se retrouve légèrement bouche entre ouverte à la regarder en silence alors que ses joues se couvrent de rouge. Elle a déjà été mariée, embrasser quelqu’un ne lui est pourtant pas inconnu tout comme le fait de faire ses obligations maritales, mais même avec son ex-époux elle n’avait jamais ressenti cette sensation particulière. Un baiser court, pétillant comme un feu d’artifice dont la poudre s’est répandue dans les veines. Un drôle de sourire vient peindre le visage de Halia tandis que ses yeux noisettes regardent Kodama avec un désir qu’elle ne cache pas.

Halia n'a jamais pris cela à la légère et elle fronce les sourcils très sérieuse lui répondant.

"Je ne prends pas cela à la légère et je serais prête à tenter le coup avec toi Kodama"


La jeune infirmière sorti de table se déhanchant de façon très féminine jusqu'à Kodama avant de venir s'asseoir sur ses jambes en souriant de façon espiègle et joueuse.

"Tu oses m'embrasser et tu penses réellement t'en tirer comme-ça KO-DA-MA"

Halia détache de façon sexy le prénom de la surveillante, assise à cheval sur ses jambes elle n'est aucunement gênée et elle vient lever le menton de Kodama pour emmener son visage de chaton près de sien, rapprochant ses lèvres des siennes avant de déposer un baiser, tendre mais appuyé et plein de désir.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 17:27
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Halia est vraiment une personne compliquée et intrigante pour moi. Comment peut-elle accepter si facilement d’être prête à se mettre en couple avec une femme alors que celle-ci n’aurait sûrement jamais penser à une telle éventualité ? Elle me perturbe. Si cela me serait arrivé, je ne serai sûrement pas aussi bien préparée à cela et paniquerait sans pouvoir m’arrêter pour une durée indéterminée. Mais Halia, non. Cela semble facile. Je ne sais pas ce qui lui ait arrivé, ni même pourquoi elle ne semble pas très dérangée mais ce ont je suis sûre, c’est qu’au fond de moi, cela me fait plaisir. Peut-être est-ce dû à moi ? J’aimerai que ce soit le cas. Je me sens fière sans aucunes raisons mais excitée comme une enfant devant un cadeau noël rien qu’à l’idée de pouvoir considérer Halia autrement que comme une amie. Mais en y réfléchissant, l’ais-je déjà considérée comme une amie ? Je ne suis pas si sûre.

Je cherche, je cherche. Je ne suis pas sûre du tout. Parce que lorsque je l’observe, c’est comme si j’avais toujours été attirée par elle, par son sourire ou même séduite par ses petites réactions lors de notre rencontre. Impossible de retenir un rire en y pensant. La voir en petite tenue et complètement désorientée fut vraiment très drôle, tout compte fait. Mais je m’égare à nouveau. Je me perds toujours quand cela concerne cette infirmière.
Halia semble complètement bouche-bée après mon baiser. Un sentiment de victoire s’installe en moi tout cet air ravi que je sens se former sur mon visage. Pour une fois que c’est moi qui la déstabilise. Je veux encore recommencer et je recommencer, rien que pour revoir cette couleur pourpre recouvrir ses joues. Elle drôlement mignonne, même si ce drôle de sourire s’installe sur ses lèvre. Que va-t-elle me dire ? C’est ce que je me demande en triturant les miettes restantes de mon gâteau dans l’assiette. Et son expression devient aussi sérieuse que la mienne. Je l’écoute, et un sentiment sérénité m’enveloppe entièrement. Je cligne des yeux comme pour vérifier si ceci n’est pas un rêve avant de la regarder se lever. Non ce n’est pas un rêve. Elle est vraiment de se déplacer vers moi d’une façon qui a le don de me donner l’envie de la voir continuer. Un véritable charme c’est ce qu’elle à, il n’est pas possible de décoller son regard de cette infirmière que l’on ne peut qu’aimer et qu’elle s’assoit sur moi n’arrange rien. Elle me captive de par ses regards brillant d’une malice qui ne va qu’à elle.

En parlant comme cela elle me donne envie de recommencer, de capturer ses lèvres des miennes et de ne plus les lâcher le temps que je voudrais. Mais je ne peux pas puisque c’est ses lèvres qui s’empare des miennes sans même que je puisse dire quoi que ce soit. Mais si je le pouvais, je n’aurais pas ouvert la bouche. Ses lèvres sont bien trop douces et délicates pour que je puisse m’en séparer. Son baiser m’arrache tout autre pensée ne concernant pas Halia. Comment penser à autre chose qu’à elle en cet instant ? Mes yeux se ferment déjà instinctivement. Halia est vraiment démoniaque mais je me fais une joie de lui rende la tendresse qu’elle me donne. Tout en prolongeant avec une langueur qui ne me connaît pas du tout, j’entoure son corps de mes bras et la presse délicatement contre moi, tout en jouant avec ses cheveux qui sont –on ne va pas se mentir- . Je crois que je n’ai pas envie lui faire mal. Je crois même que mon esprit se résous à voir Halia comme fragile. Je finis par interrompre un moment le baiser, en douceur afin de ne pas la frustrer puis je recule la tête, je contemple Halia
-Halia…Il y a un truc que tu dois absolument savoir. C’est toi qui a commencé et c’est moi qui termine.
Je lui tire la langue avant de lui faire un clin d’œil. Si elle croit sincèrement que c’est elle qui décide, elle se trompe lourdement. Je ne suis pas inoffensive tout de même, un peu de respect !
-Mais avant que je te montre à quelle point je ne suis pas une enfant.

Les yeux dans les yeux, je lâche d'une voix étonnamment douce
-Halia ? Si je te disais que je crois que je t’aimais, tu réagirais comment ?
Mon étreinte se resserre avec douceur tandis que je déplie mes jambes afin d'être plus à l'aise , je n'ai plus envie qu'elle m'échappe. C'est bizarre. Vraiment
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 19:54
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia ferme les yeux c'est tout de même plus romantique que de regarder bêtement le plafond, Kodama approfondit le baiser et la thaïlandaise ne refuse absolument pas ses avances, elle sent les bras de Kodama se serrer autour d'elle et elle vient en réponse passer les siens autour du cou de la surveillante. Quelle étrange sensation qui se propage dans son ventre et partout dans son corps, le désir ? L'amour ? Oui effectivement Halia aime énormément cette tête de neko qui vient d'arrêter le baiser à un moment plus qu'intéressant. Le temps que la brunette ne remette sa matière grise en marche avec la langue japonaise, elle n'a pas comprit le sens de la phrase de la surveillante que fini t'elle au juste ? Elle n'a pas le temps de lui poser la question que Kodama la surprend en lui posant une question avant de lui montrer à quel point elle n'est pas une enfant. Halia ne sait pas comment réagir, mais de quoi a t'elle peur ? Elle a déjà aimé, elle a déjà ressentit cette blessure que c'est de se faire tromper par la personne qui a lié sa vie à la votre par le mariage est-elle prête à faire à ce point confiance à quelqu'un ? La jeune femme qu'elle vient d'embraser semble attendre sa réponse et Halia se laisse étreindre avant de lui répondre.

"Comment je réagirais ? Bien.Je ne sais pas trop, cela me fais plaisir bien-sûr et je dois être franche avec toi je ressens quelque-chose pour toi je veux dire par là plus que du simple désir ou une envie charnelle. Toutefois, si nous commençons quelque-chose je préfère que tu connaisses certaines choses sur moi, il y a environ une année j'étais encore mariée avec un homme que j'ai rencontré lorsque j'ai fais mes études de médecine et il m'a trompée avec ma propre mère ce qui m'a presque tuée. A présent nous sommes divorcé et je pense avoir tourné la page suffisamment pour recommencer une nouvelle histoire, enfin si je t'ai raconté ne t'effraie pas ?"


Halia n'a jamais autant parler elle préfère être honnête dès le départ avec Kodama. Elle reste dans cette position câlin pourtant elle a peur d'avoir refroidi Kodama peut-être aurait-elle dû attendre avant de lui larguer une chose pareille aussi rapidement ? C'était important pour elle d'être entièrement franche surtout pour ce qui tournait autour de l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 22:00
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Je l'écoute. Du moins je me prépare  l'écouter. J'attends patiemment sa réponse. Cette question je voulais vraiment la poser, je voulais vraiment savoir ce que cela ferait à Halia. Mais pour quelle raison ? Sûrement son bien-être. Je sais qu'Halia est grande et responsable mais je veux être sûre qu'elle ne regrettera pas ce qu'il se passe. Peut-importe la raison. Cela reste important. Je ne veux plus la lâcher. C'est étrange mais moi, je me sens prête pour m'engager dans ce genre de relation avec elle. Ok j'étais sûre d'aimer les femmes mais cela n'empêchait en rien ma réticence envers les relations amoureuses. Non, ce n'était pas mon fort cela. Mais avec Halia, c'est réellement différent. J’accroche depuis le début avec elle et j'avouerai que sa présence est inlassablement demandée par mon esprit, du coup, quand je me remémore cela, je me dis que oui. J'aime Halia et je crois que je evrais le lui dire. Mais il va falloir que je sache mettre ma fierté de côté. Enfin cela devrait être chose facile avec elle. Ou j'imagine.



Halia ne semble pas à l'aise. Quelque chose la tracasse. Quoi ? Va t-elle me le dire ? Je veux qu'elle me le dise. Je ne veux pas qu'elle me cache ce qui pourrait la turlupiner au point de donner l'impression d'avoir peur de quelque chose. Devrais-je m'armer de patience ? Certainement, mais j'ai tout mon temps, quitte à attendre ici pendant des jours et des jours, je veux savoir. Ce qui est tout de même rassurant c'est qu'elle reste là où elle est et me laisse l'étreindre. Je souris rien qu'à cette pensée. Sauf que mon sourire, je le perds bien vite. Elle ouvre la bouche, m'explique qu'elle ressent quelque chose de fort pour moi, ce qui me rassure à un point inattendu et s'apprête à me révéler quelque chose que je prévois lourd vu la façon dont elle me parle. Ok, je croise les jambes, je me tiens bien droite et je dandine un peu sur place pour me calmer. Oui, elle n'a pas dis grand chose et déjà en stress. Bravo Kodama, tu es une grande fille ! 
Au final j'ai bien eu raison de m'accrocher, parce que ce qu'elle me dit là, ce n'est pas facile à encaisser. Elle sort à peine d'un divorce. 1 an ce n'est pas beaucoup. Cela me fit soupirer. Je viens de me rendre compte qu'Halia soit sûrement craindre que ça se repasse. Pauvre Halia. Je me sens submergée par un dégoût sans fin et je sens mon visage se crisper. Sa mère n'a donc t-elle aucun respect ? De bon sens ? Halia est bien forte pour avoir pu s'en remettre si facilement. Elle ne pourra pas revenir en arrière pour changer le passé, par contre, moi, je veux bien m'engager à lier mon avenir au sien. Halia est si douce, impossible pour moi de ne pas craquer.
Je souffle faiblement avant que ma main jouant auparavant avec ses cheveux ne se pose doucement sur sa joue et offre quelques petites caresses à celle-ci. je souris, je me sent sourire tandis que mon bras restant, l'entourant, ne la retienne fermement. Ma voix se fait claire mais douce. Je veux la rassurer.
-Tu crois sincèrement que cela va m'arrêter ? Hé ce n'est pas de ta faute si ce gars est un sombre crétin et qu'il ne se rends pas compte qu'il à perdu une perle rare. Sauf que je moi, je vais me montrer plus intelligente en te gardant près de moi.
Je remet l'une de ses mèches derrière son oreille lentement et soigneusement avant de rapprocher mon visage du sien.
-Oui en fait je ne sais pas pourquoi je réfléchis tant depuis tout à l'heure..La réponse à toute mes questions intérieures est simple. Je crois que j'ai réellement craqué pour toi Halia et soit bien sûre que je ne te laisserai à personne.
Chose qui est dit chez moi, sera faite. 

Je lance un regard derrière moi pour songer un moment avant de lâcher 
-Tiens. J'ai une idée. Je vais vite fais te parler de ma vie. Alors...Je me nomme Kodama Li-Weï Hashirune, fille d'une mère scientifique qui passe clairement la plupart de son temps dans la recherche plutôt qu'avec sa famille et d'un chef d'entreprise très fatigant. J'ai une petite seur et une grande sœur et j'étais censée bosser dans la science moi aussi mais vois-tu...Être surveillante m'intéressais bien plus. C'est étrange mais c'est comme ça !

 Après un petit rire intérieur, je viens déposer mes lèvres sur les lèvres. Cette fois, je ne l'arrêterai pas si rapidement. J'ai envie de sentir Halia se calmer, tout comme moi j'ai pu le faire pour moi. Je frissonne sans comprendre pourquoi, je pourrais même complètement m'abandonner à ce contact si plaisant, mai je reste sur terre pour veiller à ne pas faire tomber Halia. Je le sens, dans ce baiser, amour et tendresse y sont mêlés. Juste pour Halia, je sais que je peux être tendre finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Fév - 10:40
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
L'infirmière est quelque-peu craintive face à la réaction de Kodama, elle sait que la jeune femme est plus jeune qu'elle et que peut-être savoir qu'elle a vécu une autre vie avant va la rebuter à construire quelque-chose avec elle ? Elle sent la main de la surveillante, elle est douce et chaleureuse et vient lui caresser la joue avec une prévenance qu'elle n'a pas eu l'habitude de sentir et elle a l'impression d'avoir arrêté de respirer au moment où elle l'entend lui répondre. Elle retient son souffle quelques instants qui lui paraissent être d'une longueur abominable. Kodama traite son ex-époux de sombre crétin et lui avoue qu'elle veut la garder prêt d'elle et qu'elle ne laisserait Halia à personne.

Jamais Halia n'a entendu une pareille déclaration c'est à la fois passionné et dit pourtant de manière si tendre, la thaïlandaise ouvre ses yeux en la regardant surprise tout en rougissant légèrement, après une telle déclaration elle sent son cœur battre plus fort, plus vite dans sa poitrine et reprend enfin sa respiration qui était restée comme bloquée. Elle n'arrive pas à déterminer ce qu’elle ressent avec exactitude et ne parvient même pas à faire un commentaire ou une réponse la laissant donc s'exprimer à nouveau.

Halia se sent minable à côté de Kodama qui se montre tellement honnête et ouverte à ses sentiments, acceptant le baiser. Il est agréable voir même plus qu'agréable et l'infirmière n'a absolument aucune envie de le rompre, elle se sent dépendante. Au bout d'un moment, il faut se résigner à briser ce baiser pour reprendre leur respiration et Halia, elle n'en revient toujours pas. Comment Kodama qui ressemblait à un chaton séparé de sa mère et complètement paumé à fait pour prendre cette maturité en l'espace de quelques minutes et accepter ses sentiments ? Halia se sent bien, heureuse, chanceuse d'être avec Kodama et elle se serre contre son corps.

Halia comprend c'est tout simplement parce que Kodama éprouve de l'amour pour elle et elle aussi l'aime, elle se sait, elle le sens c'est comme-ci tout son être avait été envahi par ce sentiment qui est à la fois agréable et oppressant, il prend beaucoup de place cet amour. Elle vient de comprendre autre-chose, au fond a t'elle jamais aimé son ex-époux ? Elle ne lui a jamais dit qu'elle l'aimait peut-être en a t'il souffert ? Elle ne veut pas que cela se reproduise avec Kodama et elle vient entourer la visage de celle-ci avec ses mains doucement plongeant ses prunelles dans les yeux de Kodama. C'est tellement difficile de parler, de lui dire, mais elle le souhaite plus que tout, elle veut que la surveillante ai connaissance de ce qu'elle ressent pour elle.


"Je t'aime Kodama"


Halia se dit que c'était plus facile à dire que ce qu'elle pensait et qu'elle avait envie de lui redire encore et encore et que même si Kodama ne lui répondait pas, ce n'était pas grave. Le poids et l'oppression qu'elle avait sentit ne semblait plus là, elle avait juste eu besoin de lui dire comment cela pouvait-il être aussi simple ?


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Fév - 14:10
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
Ses lèvres sont d'une douceur que je ne saurai décrire. Il est maintenant certain qu'Halia est naturellement douce. J'en suis sûre et certaine et je crois bien que c'est quelque chose dont je ne pourrais me séparer. En devenir dépendante, je crois bien que c'est mon destin. Seulement voilà, pour le moment, je me dois de la rassurer. Son inquiétude atteint a sérénité et me force à me demander si j'ai fais ou dis quelque chose de mal. Halia est bien  plus belle quand elle sourit et que sa bon humeur se reflète sur son visage. Un baiser, c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour la rassurer et je pense que cela va fonctionner. Mes propos semblent l'avoir surprise et je ne comprends pas pourquoi. Il n'y a rien de surprenant, si ? Enfin je présume.

Son  corps se serre contre moi. Qu'a t'elle ? Une autre bonne question, mais pas de réponses. Peut-importe, cela ne m'empêche pas de la câliner. Elle a rompu le baiser, alors il me faut bien un autre contact. Cela me pousse à me demander si ce n'est pas moi que j'essaye de calmer. Mais là ce dont j'ai envie, c'est de lui faire comprendre qu'elle n'a pas à avoir peur. Quelque soit la raison. Ma main lui offre des caresses et mes posées sur elle, veulent se planter dans les siens, comme pour lui sonder l'esprit et chercher tout ce qui la tracasse. Mais impossible de le faire plus longtemps quand je sens ses mains posées sur mon visage et que ce "je t'aime" sort de sa si jolie bouche. Tout s'arrête en moi. Je n'arrive pas à penser ou même à bouger durant un bon moment. J'ai vraiment l'impression que je vais exploser en cet instant. "Je t'aime", n'est-ce pas ce que je désirais entendre tout au fond de moi ? Je crois oui. Je le sens oui, le rythme de mon cœur s'accélérer, je me sens bafouiller au point que je ne daigne plus parler. Comment expliquer e que je ressens ? Une joie indescriptible ? C'est trop faible. Je devrais me sentir frustrée en voyant que je ne parviens pas à m'exprimer mais je suis heureuse. En deux mots, Halia vient de faire de moi, la plus heureuse des femmes à tête de chat.

-Moi aussi je t'aime Halia. C'est pourquoi je veux pas que tu ne t'inquiètes pas à ce propos. Kodama le chaton saura veiller sur toi.
J'ai l'air idiote avec ce sourire qui ne veut pas se retirer. Mais rien y fais, c'est la faute à Halia.

-Et aussi engloutir tout ce que tu prépares parce que sans déconner, tu cuisines vraiment bien !


Et c'est reparti. Je crois que mon esprit tente à nouveau de la rassurer en redevenant la Kodama que je suis réellement. Mais je sais q'il saura veiller sur elle. Veiller sur celle qu'il aime. Que j'aime. Je crois qu'Halia à quand même du souci à se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Fév - 19:38
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia regarde Kodama de façon intense et celle-ci vient répondre à ses sentiments, elle avait pensé que si Kodama ne lui répondait pas ce n’était pas si grave, mais elle se sentit tout de même réconfortée d’entendre qu’elles étaient sur la même longueur d’ondes. Halia rit de voir Kodama dire autant de bêtise et cela lui fait plaisir aussi. Elle passa ses bras autour d’elle pour lui caresser le dos, cela fait des années qu’elle ne s’était plus sentie aussi en paix avec elle-même et avec ce qui l’entoure. Elle était bien installée sur les genoux de Kodama et elle se redressa soudainement.

Pardon si je t’écrase Kodama si tu veux nous pouvons nous rendre dans mon salon de cartons pour continuer notre conversation ou dans ma chambre de camping ?

Halia avait dit cela sur le ton de la plaisanterie sans vraiment chercher à analyser le fait qu’elle lui avait demandé d’aller dans sa chambre, en même temps elle ne pensait pas réellement à quelque-chose de cochon à la base même si après cette idée lui vint en tête. Elle secoua sa tête ce qui envoya ses cheveux dans la figure de Kodama, elle se sentait presque bête, il ne devait y avoir qu’elle pour penser à des choses de cette ampleur aussi basse et se prendre la tête pour des idioties. C’était leur premier rendez-vous et elles venaient à peine de s’avouer leur sentiment alors coucher ensemble comme-ça aussi vite dès le premier soir serait étrange ? Après tout elles étaient adultes aussi donc c’était effectivement une possibilité.

"Les déménageurs n’ont pas respectés leur contrat,regarde dans quel chantier ils me laisse et en plus ils refusent de me rembourser alors que j’ai payé une somme vertigineuse pour leur service !"

Halia avait dit cela en désignant sa maison meublée de cartons sur un ton courroucé en fronçant les sourcils avant de se faire la remarque à elle-même que ce n'était peut-être pas le bon moment pour s'énnerver, ce n'était pas de la faute de Kodama. Elle se sentait anxieuse également la fameuse question du **et maintenant ?** Qu'allaient-elles faire ? Continuer à s'embrasser, Halia en avait envie c'était vrai, mais est-ce que c'était raisonnable ? Elle regardait Kodama hésitant avant de venir finalement se coller à elle, les câlins c'était bien pour meubler un peu les silences. La surveillante était plus grande qu'elle, surtout quand l'infirmière ne portait pas ses talons.

Elle n'arrivait pas à croire ce qu'il se passait, ce qu'il s'était passé et le fait qu'elle ressemblait à une ados dont c'est la première expérience et qui ne sait ni quoi dire, ni quoi faire ! Il fallait qu'elle trouve un sujet de conversation enfin n'importe quoi pour ne pas laisser un trop long silence prendre la place.

"Kodama tu veux faire quoi ?"

Avec un air complètement décontracté l'interpellée ne devait sans doute pas se rendre compte de l'état réel d'anxiété dans lequel Halia était plongée demander une chose pareille comme-ça et elle ressemblait à un de ces mecs stupides qui demandent à leur copines si elles préfères allez au ciné ou coucher avec eux pour terminer la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Fév - 21:37
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac sacré ♪

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 22 ans
Métier :: Surveillante
Voir le profil de l'utilisateur
-Ah ne t’en fais pas ! Cela ne me dérange pas !  

Un rire s’échappe de ma bouche devant cette Halia si désorientée et complètement anxieuse. Pour une fois, je veux bien la laisser s’inquiéter un petit moment, parce que c’est drôle. Je devrais normalement être dans le même cas qu’elle mais là, je me sens à l’aise à là avec cette ma petite thaïlandaise sur les genoux. Légère comme une plume. Je ne la sens presque pas, et c’est un problème. A-t-elle déjà digéré ce qu’elle à ingérée ? Pas moi. Je suis plus lourde, je le sens, bien heureusement, Halia ne tentera pas de me soulever. Il n’y a que moi qui peux faire cela, je l’ai décidée. Tout de même, qu’Halia me propose d’aller dans sa chambre de camping m’a fait hoqueter discrètement. Que l’on aille dans sa chambre ? Décidément je ne suis pas du tout innocente et mon esprit divague sur des choses pas très clair, mais je dois réellement mettre ça de côté. On ne va pas penser à cela ce soir, si ?

J’ai encore envie de pouffer de rire à nouveau quand je vois ce petit air renfrogné sur son visage. Elle se plaint des déménageurs qui ne souhaitent pas la rembourser. J’oriente la tête vers ce qu’elle me désigne et je constate qu’elle a raison de se plaindre. Un bazar monstre que je viens à peine de remarquer. Bon, ce n’est pas grave, tant que je peux profiter d’elle, ça me va. Quitte à l’aider par la suite. A deux c’est mieux. Surtout lorsqu’Halia me demande ce que je vais faire. Bizarrement, je trouve que son air décontractée ne lui va inhabituellement pas. Je sais qu’elle stresse et il n’y a pas de raison. Je devrais lui dire « Laissons les choses venir comme elle vienne et se détendre » Mais je me contente de zieuter chacun des petits détails qui pourrait me prouver qu’elle est inquiète et je  ne trouve rien. Mouais, elle est forte Halia. Du coup, je soupire de frustration et remarque qu’Halia est un peu plus collé à moi qu’au départ. C’est agréable. Genre vraiment. Elle est toute douce.

J’affiche un air tout à fait zen et fait passer l’une de mes mains derrière sa tête pour appuyer celle-ci dans le creux de mon cou afin de caresser ses cheveux et enrouler ses mèches dans mes doigts. Moi cela m’aurait détendu alors je lui fait ceci.
 
-Ne t’inquiète pas Halia, déstresse tu vas nous faire une crise cardiaque. Bien que bonne comédienne, il est impossible de ne pas se rendre compte de ton  anxiété sérieux.
Je relâche sa petite tête afin de la regarder.
-Tu veux que j’t’aide pour tes cartons ? J’ai assez de force cette soirée pour t’aider !
En vrai, je veux surtout mettre de côté ces pensées lubriques qui me trottent dans la tête. La nuit qui tombe et ce qui vient de se passer n’arrangent rien mais…Je crois que je saurais faire avec ? Je l’espère du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Fév - 13:21
avatar
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 24 ans
Métier :: infirmière scolaire
Voir le profil de l'utilisateur
Halia se disait que Kodama était vraiment une perle rare, la voir râler ne l'avait pas déranger et en plus elle lui proposait même son aide pour les déballer. L'infirmière aurait préféré passer sa soirée autrement avec Kodama plutôt que de déballer ses affaires surtout qu'au départ ce n'était pas prévu qu'aucune de ses affaires ne soient installées. Après, le fait que la surveillante l'aide fera qu'elle ne remettra pas au lendemain son déballage de cartons.

"Tu es un ange tu le sais ça ? Tu es certaine que ça ne te dérange pas ? Si c'est le cas ce n'est pas grave, je le ferais moi-même sur plusieurs jours"

Halia ne voulait pas empêcher Kodama de faire ce qu'elle avait envie déjà qu'elle avait prit un congé pour venir manger avec elle. La thaïlandaise se promit que si Kodama l'aidait, alors en retour elle lui ferait une surprise, elle lui cuisinerait un bento et lui apporterait pour manger avec elle sur le temps de midi.

Heureusement, il y avait beaucoup de carton, mais Halia avait prit soin de noter où chaque chose allaient, dans quelles pièces ils devaient être rangés. Les caresses de Kodama était douces et agréables et Halia n'avait pas envie de bouger de ses bras, elle soupira d'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri-Academia 2.0 :: Le quartier résidentielle :: Haut standing :: Appartement de Halia Lê-Pham-