-->



 

Oser ou rester cachée telle est la question [Kimiko Ashiro X Alizora Myst]
 :: Le campus :: Clos

Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Mar 1 Nov - 14:53
La fin de cette journée était enfin arrivée après avoir passé celle-ci à esquiver par tout les moyens possibles de chanter devant tout le monde et de rester totalement invisible des autres filles ce qui n'était pas une mince affaire j'étais sortie la dernière de la classe pour être tranquille et ne pas devoir fuir devant les demandes d'amitiés égoïstes que l'on me proposait uniquement à cause de la célébrité de ma mère. Je serrais les poings pour me motiver aujourd'hui je réussirais à lui parler cela faisait plusieurs jours que j'avais entendu parler de ses dons pour les études, ma mère avait toujours négligé mes études en me répétant sans cesse que mon niveau d'étude n'influerait pas sur ma carrière de toute façon et à présent je le regrettais en récoltant les notes très médiocres à mes épreuves de niveaux.

Je ne pouvais pas me laisser sombrer tout au fond et pour ça j'avais décidé de lui demander de l'aide à cette fille Kimiko Ashiro il paraissait qu'elle réussissait dans toute les branches. Cela faisait des jours que j'essayais de l'approcher mais que je n'y parvenais pas il y avait toujours une bandes de groupies qui la suivait partout une fille énergique qui sautillait comme une biche et la seconde qui admirait jusqu'à la plus infime particules de ce génie de la réussite. J'étais restée discrète la suivant e loin et dans l'ombre le plus souvent ma capuche de sweet-shirt rabattue sur ma tête pour passer totalement inaperçue comme je le voulais.

Je continuais de la suivre à la façon d'une espionne comme dans les films de mon père, je regardais partout pour voir vers quel côté elle se dirigeait et bonne nouvelle, pas de groupies qui la suivait peut-être que cette fois-ci j'arriverai à lui demander. J'arrivais donc au clos du campus, il avait été aménager l'année passée mais un immense cerisier trônait au milieu entouré de bancs pour s'asseoir, les branches de cet arbre certainement centenaire était dépourvue de la totalité de ses feuilles balayées et disposée en tas un peu plus loin. Il y avait des rubans noué un peu partout sur les fines branches de cet arbre sans doute une coutume dans ce pays, je n'en avait aucune idée, mais surtout il n'y avait personne; J'étais certaine de l'avoir vue entrée ici ? Elle n'avait pas pu se volatiliser par magie tout de même ? Je la cherchais du regard tournant sur moi-même.


"Flûte ! Elle m'a semé !"


Je n'avais vraiment pas de chance pour une fois que j'étais décidée à faire preuve de courage et à lui demander de devenir ma tutrice voilà que je l'avais perdue des yeux. Il me restait encore une chance car peut-être qu'elle n'était pas encore trop loin et qu'elle entendrait ma voix. Je mettais donc mes mains autour de ma bouche pour que ma voix s'élève plus facilement et je l'appelais d'une voix pas trop forte mais assez pour qu'elle l'entende si elle était proche.

"Ashiro-senpai ?"


Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Mer 2 Nov - 23:23
Si globalement son arrivée à l'Académie fût aussi discrète telle qu'elle l'avait souhaité, Kimiko regrettait simplement que la Senpai qui lui avait été attribuée fût aussi peu ouverte d'esprit. Bah, qu'importe : on ne pouvait pas s'entendre avec tout le monde. Et puis elle avait déjà rencontré des gens bien sympathiques : de nombreux élèves l'appréciait et elle s'entendait plutôt bien avec sa colocataire de chambre, ce qui était toujours positif. En fait, Kimiko regrettait juste une chose : pour le moment, elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de se poser tranquillement dans un coin, seule, juste pour profiter des murmures des lieux.

Par bonheur, cette journée semblait s'y prêter - au moins cet instant. Pour une fois, personne n'avait ressenti le besoin de l'accompagner ou d'essayer de lui faire visiter les lieux ou que savait-elle d'autre, et personne n'avait sollicité son aide pour quoi que ce soit - ni devoirs, ni conseils, ni improbable chasse aux fantômes. C'est pour cela que Kimiko avait décidé de se rendre au clos du campus. Cela lui avait paru l'endroit le plus sûre pour être tranquille.

Elle s'était d'ailleurs trouvée un endroit à l'ombre près d'un cerisier quand elle entendit une voix féminine l'appeler - et l'appeler sous une drôle d'appelation : "Ashiro-senpai". A ce qu'elle en savait, elle n'avait été nommée senpai de personne. D'ailleurs, elle n'était même pas certaine qu'elle se serait portée volontaire. Mais la chose était tellement étonnante qu'elle décida d'en avoir le cœur net et se rendit en direction de cette voix pour tomber sur une jeune fille, à priori un peu plus jeune qu'elle, qui semblait un peu perdue - et qui sursauta en la voyant arriver. Voilà qui était original. Mais ce qui l'était encore plus, c'était que cette jeune fille connaissait son nom. Remontant ses lunettes sur le bout de son nez, elle regarda plus attentivement la jeune fille - mais rien ne lui venait particulièrement. Tout juste ressemblait-elle vaguement à une chanteuse populaire que Kimiko avait vaguement déjà vu dans le passé, mais sans plus. Aussi se décida-t-elle à ouvrir la conversation, d'un ton poli.

"C'est moi, mais je ne pense pas être la senpai de qui que ce soit. Tu voulais quelque chose en particulier?"
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Jeu 3 Nov - 0:22
Je regardais autour de moi mais ne voyais personne l'endroit était calme lorsque tout à coup je vis quelqu'un arriver dans ma vision périphérique. J'avais été surprise alors que je me disais que je tenterais ma chance le lendemain pour lui parler, cette jeune fille c'était elle. Ashiro-senpai enfin elle me disait qu'elle n'avait pas été nommée senpai par qui que ce soit. J'hésitais reculant d'un pas en la regardant  ouvrant et fermant la bouche comme un poisson sorti de l'eau. Elle n'avais pas hésité une seule seconde à venir piquer du doigt ma faute alors que je l'avais appelée senpai sans y être invitée cela me mettais de moins en moins en position de confiance.

"bien je… je  croyais qu'au Japon toute les élèves d'années supérieures étaient nommées senpai"


J'étais perdue j'avais cru en entendant des élèves que toutes mes ainées répondraient au nom de "senpai" mais visiblement je m'étais trompée sévèrement. Je ne me sentais pas bien dans ma peau cette étudiante me fixait et je n'aimais pas cela. Elle ne me connaissait pas alors elle aurait pu refuser ma demande, elle était ma seule chance je n'arrivais pas à étudier seule et j'avais du retard en outre les professeurs attendaient beaucoup de moi et avaient tendance à mettre ça sur une acclimatation difficile. J'avalais difficilement ses yeux bleu me transperçait et je voyais bien qu'elle tentait de m'analyser, chaque gestes que je ferais et chaque paroles que je dirais seraient soigneusement décortiqués par son regard au reflet d'intelligence. Contrairement à moi, cette fille savait où elle posait les pieds et elle ne risquait pas de perdre son équilibre alors que j'étais déjà métaphoriquement vacillante et prête à choir.

"Ashiro-sama… j'ai quelque chose d'important à vous demander !  Je viens d'arriver au Japon et  on m'a parlé de vous et de votre facilité aux études c'est la raison qui m'a poussé à venir vers vous aujourd'hui et à vous solliciter"


Je tentais de trouver quelques chose pour occuper mes mains tremblantes j'avais cette boule dans la gorge comme lorsque je devais chanter devant les gens. Pourquoi cela m'arrivait à présent ? Il fallait que je me calme je n'avais pas de raison d'angoisser je n'étais devant qu'une seule et unique élève. Elle m'impressionnait elle avait une telle présente que j'avais l'impression de me faire écraser comme un insecte sous une force de géant alors qu'à première vue elle n'avais pas l'apparence d'une personne de nature . J'avais le regard qui fuyait et n'arrivait pas à la regarder dans les yeux reculant encore d'un pas avant de lui demander d'une voix de moins en moins clair jusqu'à ce qu'elle deviennent un simple murmure emporté par le vent.

" hum …je sollicite votre tutelle s'il-vous plaît …"


J'aurais voulu devenir totalement transparente et disparaître je sentais mes jambes devenir comme du coton et commencer à ne plus vouloir me soutenir. Je recommençais à avoir une crise j'étais vraiment la honte de ma famille jamais ma mère n'aurais eu peur de parler pour dire ce qu'elle pensait. Qu'aurait-elle fait ? Elle aurait ancré solidement ses pies dans le sol et elle aurait ouvert sa bouche pour parler franchement alors que je me recroquevillait tel un escargot dans sa coquille. Je ne lui ressemblait tellement pas alors que je voulais être comme elle.
"J'ai besoin de vous s'il-vous-plaît Ashiro-sama je sais que vous ne me connaissez pas  mais vous êtes ma seule chance de réussite et je ne peux demander cette faveur qu'à vous ! "


Je ne sais pas par quel miracle j'avais réussi à articuler cela presque en le criant d'une voix forte qui avait jaillit de ma gorge et irrité comme de l'acide et je me sentais comme prise à la gorge. Je remontais doucement ma tête vers elle essayant de soutenir son regard mais n'y arrivant pas je ne savais pas comment je devais me comporter. Je connaissais la tendance des nippon pour effectuer des courbettes à tout va et donc je m'inclinais légèrement raide comme un bâton et me redressant roite comme un "i" comme à l'armée.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Jeu 3 Nov - 23:14
Au comportement de la jeune fille, il était évident que celle-ci était dans un état de confusion avancée. Elle rougissait, se dandinait, baissait les yeux, balbutiait quelques mots incompréhensibles et, malgré tout, restait plantée là, sur place, comme si Kimiko l'avait crucifiée du regard. Voilà bien une chose étonnante : la dernière fois que Kimiko avait vu quelque chose de similaire, c'était de la part d'une jeune servante qui avait fait tomber toute la pile de linge propre qu'elle venait de lui apporter! Cela n'avait rien de grave pourtant : il avait simplement fallu aller les relaver et les repasser à nouveau. Cela n'avait rien de dramatique, et Kimiko ne lui avait fait aucune remarque à ce sujet. Elle l'avait même aidée à tout ramasser. Ce qui n'avait fait qu'ajouter une plus grande confusion encore à ladite servante, qui avait semblé depuis toujours la craindre dès qu'elle la croisait dans le couloir. Bizarre étaient ces personnes qui se comportaient ainsi.

Quand, enfin, la jeune fille, après une rafale des courbettes aussi raides que maladroites, expliqua les raisons de son comportement, Kimiko pencha légèrement la tête sur le côté et plissa légèrement les lèvres. Voilà qui était nouveau : elle, devenir officiellement tutrice de cette jeune fille? Elles ne se connaissaient même pas, et ne connaissait même pas son nom. Elle ne l'avait même encore jamais croisée dans les couloirs, ce qui impliquait vraisemblablement qu'elles ne suivaient pas les mêmes cours. Et puis elle n'avait pas vraiment l'habitude d'être nommée tutrice de quelqu'un comme ça, surtout sans raisons officielles ou pertinentes. Mais Kimiko ne comptait pas pour autant embarrasser encore plus la jeune fille avec ses questions. Aussi essaya-t-elle de la rassurer un peu auparavant, lui répondant d'une voix douce et pédagogue.

"Tu sais, la première chose à faire en réalité, c'est d'abord de se présenter, otomo-chan. Et je pense que ta vraie senpai doit être mieux indiquée pour te venir en aide, tu ne crois pas? J'ignore comment je pourrai t'aider pour le moment si tu ne m'en dis pas plus."
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Ven 4 Nov - 12:04
Je restais silencieuse à la remarque de cette jeune fille, moi qui croyais connaître l'étiquette japonaise j'avais oublié le principal qui était de me présenter. Je restais figée sur place incapable de dire un mot ou de faire un geste et je la fuyais du regard je n'aimais pas qu'on me regarde dans les yeux.
"Je n'ai pas de senpai pour m'aider ... les professeurs ont cru bon de ne pas m'en donner en me disant que je n'en avais pas besoin ... mais je j'en ai besoin "


J'étais visiblement mal à l'aise je n'avais pas envie de lui dire qui j'étais, je ne voulais pas que cette personne pense que si je lui demandais ça c'était uniquement par pitié ou je ne sais quel idée et je baissais une fois de plus la tête en lui répondant.

"Je m'appelle Alizora Mysth"


Je m'inclinais à nouveau et lorsque je me redressais le vent s'engouffrait dans ma capuche l'abaissant pour laisser ces horribles cheveux de couleur bleu reconnaissable entre mille se montrer. Si là, je n'étais pas grillée avec même le vent contre ma personne alors c'est qu'elle ne connaissait pas ma mère et pour moi ça aurait été le paradis. Je lui jetais de rapide coup d’œil ne sachant plus vraiment que faire. Je décidais de prendre mon courage à deux mains et d'ouvrir ma bouche pour lui parler.

"Tout le monde pense qu'à cause de mon nom je sais tout ... parce que je suis la fille d'une chanteuse célèbre et qu'on attend de moi que je réussisse tout ce que j'entreprends avec facilité ... je ne sais rien j'ai pris énormément de retard avec les cours ... je sais bien qu'on ne se connaît pas et que je ne vous ai même jamais parlé ... c'est pourquoi je le fais aujourd'hui ça fait plusieurs jours que je vous suis de loin mais vous êtes toujours accompagnée"


Là qui était intelligent de ma part de lui révéler que je la surveillais depuis une semaine avec ça elle va vraiment être rassurée ! J'étais une andouille c'était fini elle ne voudrait pas de moi et j'allais lamentablement rater et mettre encore plus de honte sur mon nom. J'avais mis tellement d'espoir en cette jeune fille mais là tout était mort et je pouvais me brosser pour avoir de l'aide entre celles qui passent leur temps à vouloir être mes amies pour avoir ainsi accès à ma mère et les autres qui me jalousaient je n'étais pas gâtée.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Lun 7 Nov - 15:14
Après quelques nouvelles tergiversations autant en terme de paroles qu'en terme d'expression physique, la jeune fille décida enfin à lui donner son nom. Et, au moins, certaines choses commençaient à s'expliquer. Et les explications de la jeune fille ne firent que confirmer le fil de pensée de Kimiko. Il était donc tout-à-fait normal qu'elle ai eu l'impression de l'avoir déjà croisé : elle avait déjà rencontré sa mère. Une chanteuse célèbre, de fait, à laquelle elle ressemblait - du moins d'un point de vue physique.
Kimiko ne voyait toujours pas réellement en quoi elle pourrait bien l'aider réellement. D'autant plus qu'elles n'étaient pas dans le même groupe d'âge et encore moins dans la même branche artistique. Et puis, même si la jeune Alizora n'avait pas de senpai - ce que Kimiko trouva par dessus tout ridicule vu que celle-ci semblait bien en avoir besoin, alors qu'on lui en avait collé une d'office alors qu'elle s'en serait bien passé - Kimiko doutait qu'il soit possible de court-circuiter ainsi l'administration de l'Académie. Ou, du moins, Kimiko ne voyait pas ce qui pousserait l'Académie à accepter cela. Mais pouvait-elle réellement la laisser tomber? D'autant plus que, manifestement, la jeune fille semblait être sur le point de craquer psychologiquement. Il allait de toute façon falloir aussi régler ses problèmes de stalkeuse en herbe. Aussi, d'une voix calme et raisonnable, Kimiko finit par répondre à la jeune chanteuse.
"Bon, je vois. Tout d'abord, il serait peut-être temps que tu songes à arrêter de t'en prendre autant à ton nom de famille. Il n'y a aucune honte à être issue d'une famille renommée, et tu as dû sans doute t'apercevoir que de nombreuses personnes, même ici, te l'envient. Et, pour autant, cela ne te définit pas en soi. Tu es Alizora-chan, et c'est ce qui est réellement important."
Et voilà pour son complexe autour de sa famille. Kimiko ignorait si cela ferait réellement effet immédiatement, mais au moins, elle avait posé les bases : il était hors de question qu'elle laisse Alizora se lamenter d'une chance que de nombreuses autres personnes souhaiteraient avoir.
"En ce qui concerne les cours... Hé bien! Il va falloir t'y mettre sérieusement. Et la première chose est de comprendre que, si tu es ici, c'est malgré tout que l'on a considéré que tu avais suffisamment de talent, ou suffisamment de potentiel, pour arriver à quelque chose. Donc plutôt que de te lamenter sur ton sort, tu ferais mieux de saisir la chance que l'on te tend à bout de bras et de te reprendre en main. Avoir des échecs, ne pas tout réussir n'est jamais grave. L'important, c'est de toujours chercher à aller plus de l'avant, à se nourrir de ses échecs et des remarques que l'on nous en fait pour s'améliorer, encore et encore. Jusqu'à atteindre un niveau satisfaisant."

Kimiko se voulait on ne peut plus clair : il ne fallait pas qu'Alizora croît qu'il lui suffira d'avoir un peu d'aide pour s'en sortir : la vraie clef de sa réussite est uniquement en elle, et c'était la seule chose qui comptait vraiment.
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Lun 14 Nov - 18:57
Je reculais d'un pas cette jeune fille était franche dans ce qu'elle me disait et elle avait raison, je le savais bien. Ce n'est pas que je n'aimais pas mon nom de famille et je savais effectivement qu'il était envié, mais parfois il était très difficile de porter ce nom. On en attendait toujours plus d'elle que des autres, on l'étouffait de renommée alors qu'elle n'avait même jamais fait ses preuves et elle ne se sentait pas légitime d'être célèbre dans l'ombre de sa mère. Je n'étais pas convaincue par ce que m'avait dit Kimiko, mais je hochais lentement la tête ainsi je pensais qu'elle en serais contente que je lui donne raison. Elle avait plus l'habitude que moi de porter un nom de famille important après-tout alors elle devait avoir totalement raison et moi j'avais complètement tort.

J'écoutais sans ciller ni bouger ce qu'elle me disait, je savais déjà que j'avais des efforts à faire, mais lorsqu'elle me dit que si j'avais été choisie ici c'était à cause de mon talent je serrais les dents et les poings et baissant la tête avec un air abattu sur le visage. Je n'avais même pas été capable de chanter durant l'audition je devais ma place à l'argent que ma mère avait versé à l’école et à rien d'autre. Je n'étais qu'une moins que rien, une honte dans le métier et je ne méritait pas ma place ici je gâchais la chance de quelqu'un de lus talentueuse et le remord me rongeait comme un poison injecté dans mes entrailles. Si je n'existais pas alors je ne souffrirais plus jamais, mais j'étais trop lâche pour me suicider je ne savais pas comment m'y prendre et est-ce que cela aurait réellement réglé mes problèmes ? L'académie aurait une très mauvaise réputation et de gros ennuis et je ne voulais pas nuire à d'autre personne.

Je m'enfermais dans le silence avant de lever les yeux vers cette étudiante modèle et de lui demander hésitante et apeurée à nouveau de la réponse qu'elle allait recevoir.


"Je suppose que cela veut dire que vous refusez ma demande ?"


Je me sentais comme prise d'un malaise ma tête tournait mon coeur s'accélérait et j'avais mal au coeur comme-ci je venais d'être rejetée par une personne de qui j'étais amoureuse. J'étais bien incapable d'avoir un tel aplomb et de dire ce que je pensais à haute voix.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Mer 16 Nov - 16:16
Manifestement, les paroles de Kimiko avaient portées, mais n'avaient pas forcément frappés au bon endroit. Du moins, la jeune fille qui lui faisait face réagit globalement plutôt négativement, alors que Kimiko avait escompté une réaction plus positive. De ce fait, Kimiko soupçonnait Alizora d'être plutôt du genre à se laisser embourber dans ses problèmes et à les vivre comme des fatalités plutôt que de chercher à s'en extraire par tous les moyens pour pouvoir enfin avancer. Les choses risquaient, de fait, d'être plus compliquées que prévu. Aussi Kimiko choisit d'utiliser une méthode choc, pour obliger Alizora à réagir et à se prendre en main - en l'obligeant à se concentrer sur d'autres problèmes qui, bien qu'ils seront parfaitement artificiels, l'obligera à réagir. Kimiko n'avait pas forcément l'habitude d'agir ainsi, mais l'expérience pouvait se montrer instructive - et puis,  au moins, elle arrivera à atteindre, au bout d'un moment, son véritable objectif : faire d'Alizora quelqu'un de plus confiante en ses capacités.
Aussi, après avoir laissé quelques secondes le silence s’appesantir, Kimiko remonta légèrement ses lunettes sur le bout de son nez et adopta un ton beaucoup plus sec, beaucoup plus dur, beaucoup plus commandeur.
"Tu veux de mon aide? Très bien, je te l'accorde. Mais ça ne sera pas gratuit."

S'approchant alors d'Alizora d'un pas imitant celle d'une louve en chasse, elle vint lui tourner autour, faisant semblant de la scruter de haut en bas, avant de hocher la tête d'un air entendu et de présenter un air savamment diabolique au fond de ses yeux et de son sourire.
"Oui, je pense que cela doit pouvoir se faire. J'ai justement besoin d'une, mmmm, disons... Cobaye, pour certaines expériences. Oh, rien de dangereux ou de dégradant, je te promets. Mais il faudra bien obéir, si tu veux vraiment que je t'aide. C'est bien compris?"

Kimiko espérait bien que ses cours de théâtre lui serviraient dans cette situation. Elle avait tout fait pour se montrer convaincante, de la mise en scène aux sous-entendus, le tout pour mettre Alizora mal à l'aise, comme pour la laisser entendre qu'elle va peut-être faire un pacte avec le diable en personne. Restait à voir si Alizora tomberait dans la toile qu'elle venait de lui tendre ou si elle préfèrera s'en débattre et s'en échapper définitivement. Quoi qu'il en soit, la situation sera alors définitive, en bien ou en mal.
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Ven 16 Déc - 18:26
Je la regardais un peu abasourdie par ce qu'elle venait de me répondre, moi qui était persuadée qu'elle avait refusé ma demande elle avait apparemment décidé de revenir sur sa décision pour une obscure raison et m'énonçait les terme du contrat. Je reculais un peu nerveuse d'être jaugée de la sorte, je n'aimais pas qu'on e regarde et la façon qu'elle avait de me fixer d'une façon presque maléfique en me tournant autour m'effrayait quelque-peu Je la regardais les yeux plein d'étoiles néanmoins en hochant vivement la tête acceptant d'être son cobaye ou quoi que ce soit d'autres d'ailleurs.

"Merci beaucoup ! Ashiro-senpai ...je vous obéirais bien! Je vous le promets"


J'étais une gentille fille et de toute façon j'obéissais toujours à tout le mode, j'étais heureuse d'avoir ma propre senpai et j'étais prête à travailler dur pour qu'elle m'aide à rattraper mon retard. Je savais qu'elle était stricte cela se voyait dans sa façon de parler, de bouger et aussi le fait que tous le monde la suivait comme la meneuse qu'elle semblait être. Je la regardais curieusement un peu interrogative même, qu'attendait-elle de moi en tant que cobaye ? Est-ce que ce serait des expériences douloureuses ? Non elle avait dit que ce n'était pas bien dangereux ou dégradant alors de quoi s'agirait-il ?

"Senpai ? Ce seront quelles genre d'expériences ?"

Je la regardais en penchant la tête sur le côté e me demandant quelle allait être sa réponse. Je m'étais engagée de toute façon et je ne reviendrais pas sur ma décision, du moment que je ne devenais ni modèle photo ni modèle peinture de nu moi ça m'allait très bien de toute façon je n'étais pas assez belle pour ce genre de chose, j'étais à peine formée et je ne ressemblais à rien. Je serrais les bords de ma jupe plissée en attendant qu'on fasse quelque-chose, qu'elle me parle ou me propose de travailler qu'importe.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Dim 18 Déc - 18:34
Voilà qui était réglé. La jeune Alizora était tellement désespérée qu'elle en aurait vendu son âme au diable. Elle avait de la chance que désormais, son âme était en de bien meilleures mains, c'est-à-dire les siennes. Au moins elle ne risquait plus de courir à la catastrophe. Aussi, face à son engagement solennel, Kimiko hocha légèrement la tête, remontant à nouveau ses lunettes sur le bout de son nez.

"Très bien. Et tu auras intérêt à obéir sans poser de question, car si tu souhaites réellement progresser, il va falloir obéir sans réfléchir. C'est la première règle que je t'impose, et que tu devras suivre sans discuter. Ou alors je romprai immédiatement notre pacte."

Aussi, quand Alizora l'interrogea sur le type d'expérience qu'elle aura a subir, Kimiko l'interrompit d'un geste de la main. Il était hors de question qu'Alizora commence à douter ou à réfléchir. C'était le seul moyen pour elle de réussir à se sortir d'une telle panade.

"Tu verras bien quand tu y feras face. Pour le moment cela ne te concerne absolument pas. Donc soit bien obéissante et bien docile, c'est compris?"

Suite à quoi Kimiko se tourna vers l'arbre et réfléchit rapidement. Il fallait que Kimiko soit certaine qu'Alizora obéirai à tout et n'importe quoi, même à des choses qui pourraient sembler absolument absurde. Aussi décida-t-elle de la mettre immédiatement au défi, pour voir sa capacité et sa volonté à suivre ses préceptes jusqu'au bout.

"Alors écoute bien, Alizora-chan. La première chose que tu auras à faire, ça va être de chanter. Oui, de chanter, là, à tue-tête, comme si tout le monde t'écoutait d'une oreille attentive. En fait, en réalité, tout le monde est en train de t'écouter et de te regarder. Alors vas-y, chante, montre-nous donc l'immensité de ton talent. Tout le monde te jugera désormais sur ta performance immédiate, et plus personne ne pensera plus jamais à tes interprétations précédentes. Seule ta performance immédiate comptera. C'est bien compris? Allez, vas-y, chante donc pour tout le monde, ce que tu veux, ce que tu as vraiment envie de chanter au plus profond de toi!"

On allait vite voir s'il était possible de tirer quelque chose d'Alizora ou non.
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Ven 23 Déc - 23:14
Je l'écoutait d'une oreille attentive et j'en venait à me demander pourquoi j'avais eu cette idée ? Peut-être que cette jeune fille de bonne famille était une prédatrice sexuelle et que les expériences auxquelles je devrais participer seraient de nature adulte et interdites au moins de 18 ans ? J'avais du mal à avaler tout d'un coup mais pourtant je hochais la tête à l'affirmative au ralentit. Soudain sa demande me fit l'effet d'une bombe sur le dessus de ma tête, elle me demandait de chanter devant tout le monde.

*Oh! Pitié pas ça!*


Pensais-je en faisant rejoindre mes mains ensemble et en regardant autour de moi paniquée, nous n'étions que deux au début, mais à présent quelques élèves de plus empruntaient ce passage et au discourt de Kimiko ces personnes c'étaient arrêtées et semblaient attendre quelque-chose. Je reculais, j'étais tremblante je sentais l'angoisse monter et je regardais Kimiko, plutôt je la suppliais du regard pour qu'elle me sauve. Je n'étais pas capable de chanter devant qui que ce soit, j'étais trop médiocre pour ça , je ne valais pas mon nom de famille.

Je sentais comme une grosse boule dans ma gorge qui m'empêchais de chanter , chanter quoi déjà ? Je tremblais comme une feuille séchées soufflée par un coup de vent et qui tentait tant bien que mal de rester accrochée à la branche sèche et cassante d'un arbre mes genoux s'entrechoquaient et les regards des personnes présentent étaient un poids immense sur mes épaules. J'avais froid et chaud en même temps, du mal à respirer et je cherchais quelque-chose auquel me raccrocher n'importe quoi un regard, un geste, une main tendue.

Ils me jugeaient tous avec leurs yeux rivés sur ma personne, je n'avais rien pour me cacher rien pour fuir et je me demandais pourquoi Kimiko m'avait fait un coup en traitre comme celui-là ? Je pensais qu'elle pouvait me comprendre et m'aider à avancer. J'avais si peur les larmes montèrent à mes yeux sans que je ne puisse les arrêter, elles ruisselaient le long de mes joues pour venir tomber en masse sur mon haut et j'avais beau les essuyer avec ma manche elles étaient toujours plus nombreuses. Le pire fut quand un sanglot s'échappa de ma bouche, je sentis le poids des regards sur moi et leur méchanceté, une des personnes présente se demandait si j'étais vraiment la fille Myst, j'étais uns imposteur. Je n'étais qu'une pathétique gosse de riche sans aucun talent et si j'étais ici c'était uniquement grâce à l'argent de ma mère.

J'étais perdue et je ne savais plus quoi faire, elle m'avait demandé de chanter devant tout le monde, mais je lui avait promis de faire comme elle avait dit,tout ce qu'elle me demandais et je la décevait déjà. J'étais qu'une misérable chose bonne à jeter dans un tas d'immondice puant en décomposition. Je fredonnais alors une chanson d'une petite voix, c'était tout ce que j'étais capable de faire, ce n'était pas beau entrecoupé de mes sanglots.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Mer 4 Jan - 23:31
Si les choses s'étaient particulièrement mal passées, au moins Kimiko savait désormais beaucoup mieux à quoi s'en tenir : le problème n'était pas du tout au niveau du potentiel talent d'Alizora - du moins, avec le peu qu'elle avait réussi à émettre, il était difficile de la jauger là-dessus - mais bien dans son comportement. La voir ainsi trembler, sangloter, fuir le regard, murmurer et s'écrouler sur elle-même avait quelque chose de grandement pathétique. Au point que Kimiko hésita entre deux pôles extrêmes pour réagir : devait-elle la soutenir, lui faire comprendre les choses par la douceur, ou y aller avec au contraire beaucoup de rudesse pour lui provoquer un choc de conscience?  Finalement Kimiko se décida pour une voie intermédiaire, qu'elle maîtrisait le mieux : l'honnêteté.

S'approchant d'Alizora, Kimiko l'attrapa fermement par les épaules et lui intima d'un ton sec mais mesuré un ordre simple.

"Arrête de chanter maintenant."

Quand celle-ci s'interrompit enfin, Kimiko la relâcha et remonta ses lunettes sur son nez, avant de la dévisager lentement avec une légère moue expressive.

"En toute honnêteté, et sans être une experte, il me paraît évident que l'on ne peut pas sérieusement juger si tu as du talent ou non. Sans doute en as-tu tout de même, puisque l'on t'a accepté ici."

Claquant légèrement de la langue en sentant qu'Alizora allait l'interrompre pour lui récrier l'idée qu'il s'agit d'une question d'argent et d'influence, Kimiko reprit ses propos immédiatement.

"Qu'importe ce que tu crois et je ne veux plus jamais en entendre parler, c'est bien compris? Tu es ici, alors assumes ou vas-t-en définitivement."

Reprenant avec plus de douceur, Kimiko lui expliqua enfin le fil de sa pensée.

"En décidant de rester ici, cela implique qu'il va falloir que tu t'investisses réellement dans ton art. Que tu le veuilles ou non, que tu te sentes prête ou non. Les choses sont ainsi, et elles ne changeront jamais tant que tu seras ici. Alors arrête de regarder les autres comme s'ils allaient te jeter des œufs ou comme s'ils pensaient des méchancetés de toi pour une raison ou une autre : tu n'as qu'à vivre avec. Tu es ici, tu t'appelles Alizora et tu es une future chanteuse. C'est bien compris?"
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Mar 7 Mar - 12:05
Je chantais non, je miaulais à la mort et encore c'était piteusement pathétique de m'entendre moi-même et de sentir le poids de tous ces regards sur moi. J'avais cette impression que chaque paires d'yeux me transperçaient comme des poignards aiguisés comme des lames de rasoirs. Je me sentais défaillir jusqu'à ce que je sente deux mains fermes sur mes épaules et que j'entende une voix, celle de Kimiko m'intimer d'une façon toute aussi dure d'arrêter de chanter. J'avais honte, tellement honte de ma performance ridiculement horrible et honteuse pour une élève de cette académie.


Kimiko venait de me dire que j'avais sans doute un talent et elle avait tort. Mon seul talent à moi c'était d'être la fille d'une chanteuse adulée internationnale qui se permettait sans mal si elle le voulait de donner un chèque conséquent avec plusieurs zéro si il le fallait pour que sa seule et unique fille soit acceptée malgré tout dans une académie côtée. J'étais une petite fille pourrie gâtée et à par ça je n'avais aucun autre talent. J'allais donc lui répondre ce que j'en pensais lorsque Kimiko ne m'en laissa pas le temps sans doute était-elle médium pour lire ainsi dans mon esprit ou encore mon visage était-il si expressif que l'on devinait aisément ce que je pensais ? Elle me dit cela de façon si  percuttante que je restais là sans rien dire les yeux encore mouillés des larmes qui avaient coulés.


Je voulais être une chanteuse, j'avais du potentiel mais j'ai bien trop peu confiance en moi pour y arriver. Néanmoins Kimiko avait l'air, elle, d'avoir confiance en mes capacités sans même m'avoir jamais vu chanter réellement. Je bougeais ma tête de haut en bas avant de dire d'une voix cassée par les sanglots que j'avais eue.


"oui Kimiko onee-sama! Merci..."






A vrai dire je ne savais pas trop quoi en penser, est-ce que je valais réellement la peine ? Je lui avais demandé de l'aide et elle avait accepté alors à présent je devais donner le meilleur de moi.
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Jeu 6 Avr - 18:30
Si les réactions d'Alizora semblaient systématiquement excessives, au moins avait-elle finir par comprendre qu'elle ferait mieux d'écouter Kimiko si elle voulait vraiment que celle-ci lui apporte l'aide nécessaire à son épanouissement. Quoi qu'il en soit, il était assez clair qu'il allait falloir renforcer deux de ses principaux défauts : son repli sur soi et sa négativité excessive. Aussi Kimiko eut-elle une idée pour lui apprendre à la fois à réfléchir plus d'elle-même et à prendre les bonnes décisions.

"Au fait, je ne t'ai pas expliqué pourquoi j'étais venue ici. Tu vois la branche, en haut de cet arbre, celle qui est tordue avec un angle de 37 degrés? J'ai besoin de ça pour demain, mais je n'ai pas le temps de la récupérer moi-même. Pourrais-tu me l'apporter? Si tu veux bien, je pense que je trouverai le moyen de t'aider à progresser significativement dans les prochains jours."
Et sur ce Kimiko la laissa à ses réflexions et s'éloigna tranquillement, sans se retourner. Elle voulait voir comment Alizora allait réussir à résoudre ce problème : il était plus qu'évident que l'arbre était d'une hauteur impressionnante, et qu'y grimper apparaît casse-cou, voire invraisemblable. Reste à voir si Alizoza saura réfléchir à une solution plus viable.
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Ven 7 Avr - 10:13
J'écoutais attentivement ce que me demandais Kimiko et tournais la tête vers l'immense arbre auxquel était accroché une branche de 37 degré précisément celle qu'elle voulait avant de partir et s'éloigner. Je restais plantée là un bon moment à me demander comment j'allais faire pour la récupérer. Je n'étais clairement pas une athlète confirmée donc escalader cet arbre centenaire voir plus ce n'était clairement pas une solution surtout que si quelqu'un me voyait grimper là-haut je risquais des ennuis et Kimiko aussi. Je faisais le tour de l'arbre en réfléchissant avant de m'arrêter, je me demandais bien pourquoi elle avait besoin d'une branche avec un angle aussi précis ? Pourquoi arracher une branche à cet arbre qui n'avait rien demandé ? Je regardais le sol perdue dans ce genre de pensée lorsque je remarquais des branches tombée naturellement et éparpillées un peu partout. J'avais une idée en tête et je fouillais dans mon sac pour trouver mon équerre et ramasser les branche former un petit tas avant de les mesurer une par une. Après 10 minutes passées comme-ça je levais avec victoire la branche tordue à 37 degré que je venais de mesurer.

"Kimiko-senpai ! J'ai trouvé ! J'ai trouvé ! "


J'y avais passé de longues minutes mais j'avais sa brnache tordue et tout ça sans faire de mal à l'arbre. Je n'étais pas spécialement écolo et protectrice de la nature à outrance mais je ne me plaisais pas à arracher des branches et des feuilles d'arbres ou de buissons à outremesure. Depuis petite les gens surveillaient mes faits et gestes alors j'avais appris à ne pas faire de vague à devenir transparentes et à bien me mettre dans l'ombre de ma mère. J'essayais de la retrouver peut-être était-elle encore sur le campus et je rentrais à nouveau dans l'école peut-être aussi qu'elle était retournée au dortoir. Je cherchais après elle jusqu'à ce que je l'aperçoive et je n'avais aucune idée de ce qu'elle faisait mais je m'approchais d'elle en tendant fièrement la branche que j'avais trouvée.

" J'ai trouvé cette branche par terre et elle fait exactement un angle de 37 degré "
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Mer 12 Avr - 0:06
Si Kimiko se demandait combien de temps il allait falloir à Alizora pour réagir et comment elle allait réagir à sa demande, cela ne changea pas outre mesure son programme de la journée. Aussi, tout simplement après l'avoir quittée, Kimiko était simplement allée se poser sur un banc du clos pour lire un ouvrage de botanique. En fait, elle voulait simplement vérifier quelques informations sur les différentes essences du clos ici présent. Cela pouvait permettre de fournir de nombreuses informations, notamment sur le climat local ou même la nature du sol et donc de la biodiversité présente aux alentours. En fait, Kimiko songeait à tout cela pour trouver l'inspiration pour une nouvelle œuvre artistique reprenant les différents codes présents dans ce milieu.
Aussi, quand Alizora lui apporta sa fameuse branche d'arbre, Kimiko était encore tout simplement posée là, pas si loin, en train de consulter ce livre de botanique, assise sur un banc. Kimiko leva alors les yeux vers Alizora, la dévisageant un instant pour tenter de déchiffrer ses pensées. Allait-elle ressentir de l'inquiétude, des doutes, de l'incompréhension quant à sa mission? Non, ses sentiments étaient plus simples, manifestement. Si elle ne comprenait manifestement pas vraiment pourquoi Kimiko lui avait demandé une telle chose, elle était malgré tout contente d'elle d'avoir, d'après elle, réussi. Aussi Kimiko prit-elle la branche en la remerciant, avant de l'étudier rapidement de tout son long, comme si cette branche possédait un secret que seul Kimiko pouvait comprendre. Il ne s'agissait pourtant que d'une simple branche de cerisier, morte qui plus est. C'est alors que, calmement, Kimiko décrivit la situation d'un ton docte.
"Merci Alizora. Par contre, si c'est bien une branche de cerisier, comme je te l'avais demandé, ce n'est pas exactement la même branche que celle que je t'avais indiqué. Si l'on regarde bien, celle-ci n'est pas aussi droite, ni aussi parfaite que celle située tout en haut. On peut également voir, ici, qu'elle a manifestement souffert de sa chute. De plus..."

Et, pour appuyer ses propos, Kimiko lui présenta du doigt les lignes courbes de lignine qui parcourait la branche, tout en continuant d'un ton très professoral.
"De plus, si l'on regarde bien, on s'aperçoit qu'elle ne fait en fait pas un angle de 37 degrés, mais plutôt de 323 degrés. Autrement dit, elle est tournée dans un sens senestre, alors qu'il me fallait plutôt une branche dextre."

Remontant alors ses lunettes sur son nez, Kimiko regarda alors droit dans les yeux Alizora.
"Malgré tout, il s'agit bien, d'une certaine façon, d'une branche équivalente à celle que je t'ai montrée. Il s'agit bien de la même essence et du même angle, aussi je comprends que tu n'ai pas vu la différence. Je pense que la très grande majorité ne verrait pas la différence, en fait. Simplement, ils sauraient les distinguer uniquement parce que tu as précisé que tu l'as trouvé par terre, et non pas dans l'arbre. Autrement dit, si tu ne t'étais pas sentie obligée de préciser qu'il s'agissait d'une branche morte, personne ne l'aurait su et tout le monde y aurait distingué plutôt la belle branche tout en haut de l'arbre que je t'ai présenté et qui est à tout point de vue admirable."

Revenant alors à la branche et en la tournant dans tous les sens, comme si elle l'étudiait vraiment de près, Kimiko finit par faire une petite moue avant de hocher légèrement de la tête.
"Bon. Même si ce n'est pas exactement la branche que je voulais, ce n'est pas grave. Elle est encore malgré tout jeune et vigoureuse, aussi doit-il être encore possible de la retailler correctement, de la redresser pour qu'elle pousse mieux et, qui sait, réussir à en faire une bonne bouture. Cela devrait être payant, et cela devrait pouvoir donner des fruits intéressants alors même que la superbe branche de cerisier dont je te parlais tout à l'heure finira lui aussi par chuter, un jour ou l'autre."

Kimiko regarda alors à nouveau dans les yeux Alizora d'un ton pensif, se demandant si elle avait compris le message qu'elle cherchait à lui faire passer, avant de poser simplement la branche de cerisier à côté d'elle, sur le banc.
"Bien, Alizora-chan, merci pour ton travail. Tu peux disposer désormais, sauf si tu as d'autres questions. Si ce n'est pas le cas, reviens me voir demain, j'aurai d'autres tâches à te confier."
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Ven 14 Avr - 13:38
J'étais tellement fière de ma trouvaille et persuadée que ma mission donnée par Kimiko-senpai était un véritable succès que lorsque celle-ci examina la branche avec une précision de chirurgien tout en commentant ma branche je me sentais de plus en plus misérable et incapable d'accomplir quoi que ce soit. Pourquoi n'avais-je pas demandé à quoi cela lui servirait ? Si j'avais su que c'était pour en faire un plant viable j'aurais été lui chercher sa branche tout la haut. Si j'avais été plus maligne j'aurais été demander l'autorisation d'une adulte pour emprunter une échelle voir son aide mais j'avais choisi une option trop facile.

Je restais silencieuse mon sourire de victoire s'évanouissant petit à petit au fur et à mesure des observations qu'elle donnait. Kimiko me regardais à nouveau dans les yeux et je restais silencieuse ne sachant que dire j'étais partagée entre le fait de m'excuser parce que je me sentais coupable de ne pas avoir cherché plus loin que le bout de mon nez ou alors au contraire lui avouer pourquoi j'avais choisie cette branche plutôt que celle qu'elle m'avait montré. Je n'avais pas encore le courage de dire ce que je pensais et je restais immobile en hésitant intérieurement avant de répondre à sa question.

"Non Kimiko-senpai je n'ai aucune question bonne soirée à vous et à demain mais nous nous reverrons certainement au dîner sauf si vous n'acceptez pas ma présence à votre table ?"


A la suite de sa réponse je remettais ma capuche sur la tête me sentant plus en confiance lorsque je la portait et qu'ainsi je cachais cette hideuse chevelure bleu. Je tournais donc les talons pour m'en aller et retourner au dortoir pour faire mes devoirs enfin essayer de les faire plutôt. Je m'insultais intérieurement de ne pas avoir ce courage de dire mes opinions à haute voix comme tout le monde pourquoi d'ailleurs ma voix ne voulait pas m'obéir ?
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Artiste de la logique

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 16 ans
Métier ::
Lun 17 Avr - 22:24
Face à la réaction dépitée que prenait Alizora, Kimiko ressentit un certain agacement. Comment pouvait-elle donc réagir ainsi? Il était très clair qu'Alizora n'avait écouté que la moitié de ce qu'elle venait de lui dire - la moitié purement négative, sans intérêt aucun sur les côtés positifs de son choix. Au moins, la situation était nette : il ne s'agissait pas d'une question de talent, mais une question de mentalité. Et Kimiko faisait face à une mentalité entièrement victimaire, contre laquelle il sera difficile de lutter si Alizora n'y met pas un minimum du sien. Aussi, alors que celle-ci s'apprêtait à partir, Kimiko l'interpella immédiatement pour la faire revenir sur ses pas, et Kimiko la regarda d'un air sévère.

"Alizora-chan. Je t'ai déjà dis qu'il faut que tu arrêtes de regarder les autres comme s'ils n'avaient que des reproches à te faire. Si tu ne changes pas d'attitude sur ce point-là, alors rien ne pourra être fait pour t'aider. Donc reste ici,  réfléchis à ce que j'ai dis, et reformule mes propos. Je t'interdis de partir d'ici tant que tu n'auras pas formulé de manière satisfaisante une synthèse de ce que je viens de te dire."
Les choses étaient claires. Si Alizora était incapable de réfléchir positivement à elle-même, alors rien ni personne ne pourra l'aider à s'en sortir.
Date d'inscription : 17/09/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Timide du micro

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 14
Métier :: étudiante en chant
Sam 22 Avr - 10:28
Je regardais Kimiko en baissant les yeux, son air sévère me faisait peur comment avait-elle su ce que je pensais ? Elle était forte quand-même cette senpaï ! Peut-être qu’elle pouvait lire dans mon esprit ? Non ça c’était stupide comme idée peut-être tout simplement qu’elle avait analyser ma façon d’être pour en venir à cette conclusion et planter la pointe du couteau en plein dedans, c’était une façon beaucoup plus probable et sérieuse que la théorie puérile des super-pouvoirs. Elle me demandait de reformuler ce qu’elle avait dit, ça allait être dur puisqu’elle avait utilisé des mots difficiles je me concentrais donc réfléchissant durant quelques secondes voire une minute ou deux avant de reprendre hésitante.
" Vous avez dit Kimiko senpaï que si je ne vous l’avais pas dit vous n’auriez pas remarqué qu’il s’agissait d’une branche différente que celle que vous vouliez que je vous ramène, mais que en l’étudiant de plus près vous savez dire avec exactitude que cette branche fait 33° au lieu de 37° mais que de toute façon comme cette branche était encore jeune vous pourriez en faire une pousse d’arbre pour que ça donne des fruits intéressants donc qu’au final cette branche était bien quand-même. "


Finalement cet exercice était plutôt positif et je relevais la tête avant de dire fièrement de toute ma conviction ce que j'en avais déduit.


"Donc j’ai bien effectué ma mission de façon détournée mais je l’ai fait quand-même ! "
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Le campus :: Clos
Oser ou rester cachée telle est la question [Kimiko Ashiro X Alizora Myst]

Sauter vers: