-->



 

Partagez | 
 

 Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 13:08

Rêve des souvenirs d’avant


Un petit parc, une journée ensoleillée, de l’herbe verte et fraîche, que demander de plus. C’était tout juste un jour avant son entrée à la Lilyan Gakuen. Elle ne connaissait encore rien de cette ville, rien de ce lieu. Ses parents l’avaient laissé dans ce parc paisible alors qu’il partait faire les derniers préparatifs pour leur semaine de travail. Ainsi, elle était seule, au beau milieu de ce parc à l’air si pur. Ce moment était un véritable instant de régale pour Sakura. Elle s’était installée confortablement au milieu d’une grande étendue d’herbe. Sa chevelure rose étendue sur le sol, dissimulait également en partie son visage, voilà ce qui se passait lorsqu’elle ne prenait pas le temps de les coiffer le matin. Son esprit vagabondait sans penser à rien en particulier. Elle faisait le vide, car elle était stressée par la journée du lendemain. Devoir se refaire de nouvelles amies allait être particulièrement difficile pour elle, la petite fille timide. Sakura le savait bien, et toutes les nouveautés n’allaient probablement pas l’aider. 


Sa main se tendit devant son visage, le soleil la dérangeait un peu. Au travers ses doigts, elle regardait les nuages. Une vague de nostalgie l’a pris alors. Elle fermait ses yeux. Elle revoyait ses journées passées en compagnie de Lily, sa meilleure amie. Elle se voyait se poser ainsi dans l’herbe avec elle, partager un bon moment de détente, contempler le ciel et les oiseaux... Elle se revoyait encore et toujours sur le sol aménagé du parc de sa ville natale lors de ses premiers entraînements de basket... lors de ses premiers échecs... ses premières réussites... ses rires partagés avec sa meilleure amie... une petite larme commença à perler le long de sa joue gauche avant d’être récupérée par une de ses mèches de cheveux. D'autres rejoignirent peu à peu la première. Non elle n’était pas triste... s’était faux... elle se sentait juste mal à l’aise... vraiment...


Elle se tourna sur le côté droit, dissimulant son visage, dissimulant ses pleurs, elle aurait aimé ne jamais partir. Mais il était trop tard. Surement ne la reverra-t-elle plus avant un long moment. Elle était bien trop jeune pour voyager seule après tout. Autour d’elle, des enfants passaient en courant, riaient, s’amusaient entre eux. Surement étaient-ils mais depuis très longtemps. Ses pensées repartirent alors sur Lily, entre deux gouttes de pluie qu’elle ajoutait par ses pleurs, elle se revoyait le jour où elle l’avait fait intégrer le club de basket, le groupe d’amis qu’elle avait acquis en un instant ainsi, à leurs sorties avec leur entraîneur au café du coin pour manger une petite douceur après un dur entrainement ou un match.




Sakura se mit alors en boule, comme une fleur dont les pleures formaient les gouttes de rosée. Surement n’attendait-elle qu’une chose, que l’on vienne la rassurer, que l’on vienne la prendre dans ses bras, qu’on lui dise que tout allait bien finir, bien se passer. Mais mis à part ses parents, qui ferait un tel geste pour elle ? Juste une voix rassurante lui irait. Mais pour le moment, elle essayait d’oublier, elle essayait de se calmer, mais cela sans succès.


Dernière édition par Sakura Rose le Mer 26 Oct - 23:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 14:00

Le réveil avait été difficile, avec ce décalage horaire à peine était-je arrivée le soir dans ma chambre que je m'étais littéralement effondrée sur mon matelas sans même prendre le temps de faire le lit ou de me mettre en pyjama. Pourquoi aurais-je prit cette peine alors que j'étais seule dans cette chambre pour le moment ? Je ne savais pas combien de temps j'avais dormi, mais je me félicitait d'être arrivée un vendredi comme-ça je pourrait tenter e prendre le rythme de vie d'ici du week-end. Je tendais une main difficile vers mon portable que j'avais eu le réflexe de brancher la veille avant de m'endormir telle une vieille souche. Je bondissais, au total j'avais une cinquantaine de SMS de ma mère et quelques appels en absence avec message, je ne savais pas pourquoi, mais je sentais que j'allais me faire percer les tympans par message alors j'envoyais un rapide textos à ma famille : "hello, pardon de pas avoir appelé hier, je suis bien arrive et je vais bien, mais avec le décalage je suis fatiguée bisous!" Voilà, cela devrait les calmer.


Je m'étirais tout en baillant et regardait autour de moi, j'avais pas vraiment eu le courage de visiter ma chambre la veille. Trois lits ce qui voulait dire deux colocataire, une grosse armoire qui prenait un pan de mur entier, heureusement je n'avais pas apporté ma maison avec moi, trois bureau serrés les uns aux autres, en gros rien de bien extravagant juste une chambre ordinaire et impersonnelle au possible. Je soupirais tout en me redressant sur mes jambes, j'avais un besoin important à soulager et très envie d'une douche. Je sentis également l'appel de mon estomac lorsqu'une délicieuse odeur de petit déjeuner sucré se fit sentir alors que je sortais de ma chambre les bras chargés d'affaire de douche et d'un essuie, je n'avais pas manger la veille, mais ce matin je comptais bien rattraper ce retard.

Après que je me sois soulagée et que j'ai pris une douche rapide pour me réveiller, je passais mes habits de sport. J'étais ravie qu'ils soient à ma taille et avec le blason de l'école dans le dos, j'avais la classe ! Je descendais faire connaissance avec les autres filles, quelques petites plaisanteries et déjà je m'entendais bien avec mes camarades. Je savourais donc un petit déjeuner bien mérité et me renseignait sur une activité à faire, c'était hors de question que je passe mon week-end enfermée dans le campus comme une prisonnière. Un parc municipal magnifique parait-il était de l'autre côté, soit, j'allais donc aller courir de ce côté là. Je me laissais un petit moment de digestion pour éviter de tout répandre sur le sol et je sortais, une bouteille d'eau dans une main et une serviette éponge autour du cou.

Après un rapide tour de circuit histoire de m'échauffer, je commençais ma course à pied m'hydratant avec de l'eau assez régulièrement. Il faisait assez sec et à force de respirer assez fort à cause de l'effort, j'avais la bouche pâteuse et très envie de boire, je relevais ma bouteille pour remarquer que j'avais déjà terminé ma bouteille, impossible ?! J'avais déjà bu autant ? Je cherchais une petite fontaine à pédale pour m’abreuver. Mon regard trouva ce que je cherchais désespérément et voilà que j'allais enfin me désaltérer, ce que ça faisait du bien. Alors que je m’apprêtais à reprendre mon exercice, de petits sanglots parvinrent à mes oreilles, curieuse et intriguée je m'approchais pour voir ce qu'il se passait.

Je m'arrêtais en face d'une fillette recroquevillée et les sanglots venaient d'elle, elle devait être à peine plus jeune que ma petite sœur au Portugal et je n'avais jamais aimé entendre une petite fille pleurer.

"Hey! Petite ça va pas ?"


Ce n'était une question très intelligente que j'avais posée là, surtout avec mon accent prononcé et le japonnais rudimentaire que je connaissais. Elle pleurait à chaude larmes, bien entendu qu'elle n'allait pas bien, quelle question idiote.


" Tu as perdu ta maman ?"


Si tel était le cas, alors je me ferais un plaisir de l'aider à la retrouver en bonne fille que j'étais, je m'asseyais à côté d'elle lui souriant, mes cheveux dépeignés chutant jusqu'en bas de mes reins. J'avais encore un peu le souffle rapide à cause de la course à pieds.


" Pardon, je parle pas très bien japonnais je suis arrivée hier du Portugal !"


C'était une information qu'il me paraissait judicieuse de mentionner, j'avais l'air assez louche comme-ça alors autant lui dire la vérité. J'avoue que mes nombreuses années à regarder des animes pendant plusieurs années m'avaient aidés à me familiariser avec la langue et la culture japonaise un peu et je remerciais intérieurement mes grands-frères pour ça! Cette petite me rappelait un peu ma propre sœur, elle m'avait presque mise dehors de la chambre le matin où j'étais partie pour prendre mon avion tout en clamant que enfin elle allait avoir une chambre à elle toute seule, mais je n'étais pas dupe j'avais bien remarqué qu'elle avait pleurer une partie de la nuit avant mon départ, mais ça cette petite peste était bien trop orgueilleuse pour me l'avouer.


J'avais toujours préféré les gestes à la paroles et j'étais très tactile aussi, je me permettais de venir lui caresser le haut de sa petite tête rose en lui souriant et en venant la rassurer.


"T'inquiète pas petite mistinguette ça va aller! Tu t'appelles comment dis-moi ?"


Non, vraiment je n'aimais pas voir les gens autour de moi pleurer et même ceux que je ne connaissais pas, j'essayais toujours de les aider un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 15:35

l’ombre d’un sourire


J’étais totalement hors de contrôle. Mes larmes coulaient librement. Mon corps se retourna dans l’herbe. Ma petite robe rose s’était légèrement teintée de vert, mais cela n’avait pas d’importance. Le soleil avait réchauffé mon corps d’une manière légèrement apaisante, mais rien de suffisant pour me calmer. De l’eau coula un peu plus loin. Étais-ce une fontaine ? Une voix arriva alors à mes oreilles, elle me hélait, me demandait si j’allais bien ? Avais-je l’air d’aller bien ? Pourtant cette seule phrase de sollicitude me fit me redresser. Mes joues ruisselantes de larmes brillaient à la lumière. Mes cheveux roses dissimulaient presque entièrement mes yeux comme s'ils tentaient de cacher mon chagrin. Cependant, cela ne marcha pas car une seconde question s’ensuivit. D’un petit mouvement de ma tête je lui répondis que non. Je n’arrivais pas vraiment à parler, d'un à cause du chagrin qui me faisait une boule dans la gorge, et ensuite car j’essayais de voir nettement qui me parlait. 

Au travers le brouillard d’eau, je percevais la forme d’une fille. Tout d’abord mon esprit fit apparaître l’image de Lily. Mais rapidement l’image fut remplacer par une autre fille de grande taille et aux cheveux noirs. Apparemment, elle ne semblait pas être Japonaise. Elle se disait venir du Portugal. Je ne connaissais pas cet endroit. Mais au vus de son drôle d’accent, je savais qu’il ne parlait normalement pas le japonais là-bas. Peu à peu, mes larmes cessèrent de couler. La main qui me caressait la tête y était probablement pour quelque chose. Ce geste m’apaisait depuis toute petite. Ma mère faisait toujours passer mes chagrins ainsi. Alors, c’était comme si une grande sœur faisait de même. Mes yeux se fermaient pour profiter de cette caresse. Finalement elle me questionna sur la raison de mon chagrin et sur ma personne. Je hochais premièrement la tête timidement dissimulant le bas de mon visage dans mes mains. Je venais enfin de prendre conscience qu’une inconnue m’avait approchée. Je n’avais pas peur, je ne la repousserais pas non plus. Elle arrivait à me calmer. L’espace d’un instant, une ombre de sourire apparut sur mon visage.

« Sakura » commençais-je d’une petite voix timide.

« Je m’appelle Sakura. Non, je ne suis pas perdue » continuais-je d’une voix un peu plus forte mais toujours emprunte de cette timidité. 

Je pouvais comprendre qu’elle se dise cela. J’étais une enfant, seule, au milieu d’un jardin et en pleurs. En regardant celle qui me rassurait un peu mieux, je la pensais facilement être majeur, une petite pointe de jalousie pinça légèrement mon cœur à la vue de sa grande taille... je voulais tellement grandir... finalement, je me détachai d’elle pour continuer mon explication maintenant que je m’étais calmée.

« Je, je viens d’emménager ici... J’ai perdu toutes mes amies... Je ne connais rien... Et j’ai peur pour demain. »

Ma petite voix gagnait légèrement en assurance mais laissait transparaitre ma tristesse à chacun des points énoncés. Oui j’allais intégrer une école en plus où j’allais devoir vivre en semaine, loin de mes parents, loin de ma famille. C’était une première fois pour moi. Une seconde et dure première fois. 

« Je, je vais renter à l’école, à la heu ... ah oui à la Lylian Gakuen Junior school je crois qu’elle s’appelle... mais je ne veux pas être séparée aussi longtemps de ma famille » 

Oui 5 jours par semaine semblaient être pour moi une éternité, surtout qu’ils étaient les seuls que je connaissais réellement dans cette ville. Sans trop savoir pourquoi, je m’étais mise à serrer celle qui me rassurait, de mes petits bras. J’avais été attirée par l’aura rassurante qu’elle dégageait, par la chaleur qui émanait de son cœur. Depuis aussi loin que je puisse m’en souvenir, j’avais toujours rêvé que quelqu’un, une fille plus grande que moi, s’occupe ainsi de moi. J’avais toujours voulu trouver une personne qui pourrait être ma sœur, avec qui je pourrais me sentir bien, avec qui j’allais pouvoir jouer, grâce à qui je ne serais plus seule. Mais elle était grande, très grande. Je ne la connaissais pas et elle avait probablement beaucoup de choses à faire. Probablement, ne la recroiserais-je même pas après cet instant de douceur. Toutes ces pensées donnèrent naissance à une petite plainte de ma part d’une voix dénuée de timidité mais toujours assez basse.

« Si seulement j’avais eu une sœur »

J’avais voulu, à dire vrai, simplement penser cette phrase. Mais elle m’avait échappé et je ne m’en étais pas rendu compte. Je regardais autour de moi. J’aperçus la fontaine que j’avais entendu un peu plus tôt, j’aperçus également nombre d’enfants qui semblaient jouer au foot. Mon regard se posa un instant sur ce qui semblait être un panier de basket en extérieur. Puis mon regard revint se poser sur celle qui était en face de moi.

« Au fait, qui es-tu ? » Lui demandais-je enfin, prenant conscience que je ne lui avais même pas demandée.


Je ne l’avais pas lâchée, j’avais juste levé la tête vers elle en la penchant légèrement sur le côté pour ponctuer ma question. Mes joues n’avaient pas encore perdu leur rougeur. Mes larmes avaient déserté de mon visage. Je la regardais tout simplement, avec de grands yeux ronds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 16:45

Je regardais cette petite poupette toute riquiqui avec sa petite robe tachée par l'herbe, cela me rappelait moi au même âge, car ma mère essayait toujours de me faire porter ces robes mignonnes et que je ne trouvais rien de mieux que d'aller jouer au foot avec en rentrant le soir robe pleine de boue, de tâche d'herbe déchirée et en me faisant punir après. Elle avait un visage craquant et des yeux remplit de larmes, quoi que ce soit qui ai pu la mettre dans un état pareil cela ne devait pas être agréable ce qui lui était arrivé. Je l'écoutait se présenter à moi et me répondre, elle avait quitter famille et amis pour venir dans une nouvelle école, comme-moi, sur ce point je ne pouvais que la comprendre. Après tout, moi aussi j'avais ce petit pincement au coeur quand je repensais au fait que ma famille et mes amis étaient au Portugal très très loin d'ici.

" Ne t'en fait pas! Je suis sûre qu'une petite aussi mimi que toi réussira à se faire des amies!"


Ce n'était qu'une simple supposition que je lui donnais là, j'ouvris des yeux un peu surpris lorsque cette petite demoiselle passa ses bras autour de moi pour me câliner, j'avais toujours été très tactile donc c'est un peu sans trop que cela me dérange que je lui caressais le dos et que je la serrais également contre-moi, un peu comme avec ma propre petite sœur. Je l'entendis balbutier une phrase, mais mes connaissances en japonnais étaient limités et je ne comprenais pas encore très bien les phrases pas très articulées.


" Tu sais, je comprend très bien ce que tu ressens moi aussi je suis séparée de ma famille et de mes amies, mais je compte bien m'en faire d'autres et être heureuse ici! Il faut pas se laisser abattre ! "


J'avais toujours été douée pour motiver les troupes et je comptais bien faire retrouver le sourire à cette petite agnelle perdue. Lorsqu'elle me demanda qui j'étais, je pris un air stupide, quelle idiote je ne m'étais pas présentée à cette petite, elle devait se demander ce que je foutais ici.


"Je suis Arakel et j'ai 15 ans, je vais à la Yuri-Academia en section de danse !"


Je pris un air très fier, c'est que j'étais heureuse de mon adhésion au sein de cette école et en plus faire de la danse c'était mon rêve. En regardant ses joues encore défigurées par des larmes, je fouillais dans le tréfonds de ma poche et sortait un mouchoir propre en tissus encore inutilisé. Ce mouchoir avait l'odeur de poudre à lessiver de chez moi et je l'appliquais sur ses joues avec douceur pour lui essuyer les sillons tracés par ses larmes.

" voilà tu es cent fois plus mignonne sans les larmes"


Je la regardais à nouveau l'encourageant à me sourire en faisant de même et regardant autour de moi, je proposais par gourmandise.


"Est-ce que ça te dirais une glace ? Je t'invites"


Après tout, ne disait-on pas après l'effort le réconfort ? J'avais assez éliminé de calories pour me permettre une petite douceur sucrée. De plus c'était l'une des raisons pour laquelle j'étais venue dans ce parc, les filles ce matin au petit-déjeuner m'avaient vanté les mérites de l’échoppe de glaces juste à l'entrée du parc. Je sortais mon petit porte-monnaie rouge, j'avais suffisamment de yen là-dedans pour inviter la petite. Je me relevais avec la fillette toujours accrochée à moi l'emportant dans mon élan par la même occasion, heureusement je n'avais pas perdu l'équilibre, mon honneur était sauvé.


" Pardon ! J'oublie parfois que je suis si grande je ne t'ai pas fait mal ?"


Je me serais sentie tellement coupable de blesser cette petite et qu'elle se remette à pleurer encore une fois. Je lui tendais une mains pleine d'assurance agrémentée par un sourire sincère et attendait qu'elle me prenne la main pour aller jusqu'au marchand de glaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 18:00

Invitation


J’étais restée accrochée à elle à chacune de ses réponses. Elle cherchait à m’encourager, me disant que je me ferais rapidement des amis. Mais elle ne connaissait pas ma timidité. J’aurais tellement voulu que ce soit si simple pour moi, que je n’ai pas cette personnalité. Elle aussi semblait être loin de ce qu’elle avait connu, j’aurais dû m’en rendre compte plus tôt... elle m’avait dit qu’elle venait du Portugal après tout. Moi je n’étais pas aussi loin de mon ancien chez moi, et plus encore, j’allais pouvoir revoir mes parents le weekend. Mais elle non. Pourtant elle me présentait un si beau sourire plein d’assurance que cela me redonnait un peu plus confiance. Elle allait à une école dont j’avais déjà entendu le nom quelque part. Je crois que mes parents m’avaient dit que si je travaillais bien là où j’allais rentrer en cours, je pourrais accéder à cette école qui était toute proche de la mienne. Il m’avait parlé de collaboration d’école mais je ne comprenais pas vraiment ce qu’il avait voulu me dire. Tout ce que je retenais c’est que j’allais aller en cours pas très loin d'Arakel, hum oui je crois bien que c'était son nom.

Lorsque cette dernière avait chassé mes larmes, je sentais une nouvelle fois cette proximité que j’avais tant cherchée. Mon cœur se pinçait davantage.

*je ... j’aimerais tant pouvoir l’avoir comme grande sœur*

Sa remarque sur mon visage sans larmes me fit rougir de plus belle. Je n’avais pas l’habitude d’entendre cela. Peut-être car je passais mon temps à fuir les regards. Il n’y avait vraiment qu’avec un ballon dans les mains que les regards ne me dérangeaient pas, mais je ne faisais en retour pas attention à eux.
Arakel se releva alors en me proposant de m’offrir une glace. Mon visage s’illumina alors. Je venais de prendre conscience de la faim qui venait de me prendre à l’énonciation de ce mot.

« Je veux bien... mais je peux ? » Ma petite voix montrait une nouvelle fois mon hésitation. Ce n’est aucunement car je la voyais comme une méchante fille. Bien au contraire. Mais je n’avais pas vraiment de quoi payer

Je me retrouvai alors pendue un instant à son cou avant de me laisser retomber au sol avec une réception comme j’en avais l’habitude. Elle s’était mise à vérifier son argent sur elle et je compris qu’elle voulait m’en offrir une. Cependant sa levée dont elle n’avait pas dû s’apercevoir de la « dangerosité » avant de le faire la fit se fondre en excuse. Et quelle excuse... elle s’excusait de m’avoir fait mal car elle était trop grande... une flèche imaginaire se ficha dans mon corps... je le savais... j’étais bien trop petite.

« Tu n’es pas trop grande... j’aimerais tellement faire ta taille... » Commençais-je légèrement frustrer puis un petit mot dans ses paroles d’un peu plus tôt me revint en tête 

« Et puis tu l’as dit toi-même, je suis petite, toute petite, trop petite... » Ma voix avait totalement changé, ce n’était plus de la timidité qui y traînait mais une voix légèrement frustrée de sa remarque.    

Oui si elle ne voulait pas de sa taille, qu’elle me la donne... Je remarquais alors mon comportement anormal que je venais d’avoir et cela me fit devenir rouge comme un piment et m’obligea à me dissimuler derrière mes mains. Finalement je vis la main qu’elle m’avait tendue. Je m’en voulais de lui avoir parlé ainsi. Mais d’un autre côté cela me rendait heureux. On aurait presque dit une dispute entre sœurs... du moins c’est comme cela que je me les imaginais. Mais je devais faire bonne figure.

« Désolé. Je n’aurais pas dû... »

Je me laissais guider par Arakel, ma main dans la sienne. J’étais en quelque sorte heureuse et cela me fit oublier ce léger différent. Je commençais à voir l’échoppe de glace. Mais il y a une autre chose que je remarquai immédiatement. Un panneau chevalet posé sur le sol stipulant 

« Marquez trois paniers d’affiler, et gagnez une glace »

Je regardais autour et voyais que nous étions justes à côté du terrain de basket. Je tirais sur la manche d’Arakel pour lui montrer le panneau.
« Tu veux essayer. » Lui demandais-je en me disant qu’une grande personne comme elle ne pourrait pas rater. 
Enfin, je ne savais rien d’elle. À vrai dire, je mourrais d’envie de le faire mais mon complexe de taille donc on venait de parler m’en empêcher. Le marchand semblait avoir un ballon de mini basket et un panier adapté à mon jeu. Mais il s’agissait là de 3 lancers francs. Mes yeux fixaient à nouveau celle pour qui je commençais à me prendre d’affection comme attendant de la voir participer. Serait-ce que l’on peut appeler une activité entre sœurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 2 Oct - 20:45

Je trouvais cela apaisant d'avoir de la compagnie même celle d'une enfant cela me faisait penser à chez moi. Au Portugal, il n'était pas rare de me voir entourée par une bande d'enfants de tous âges et j'aimais bien ça. Je la regardais toute timide, elle était adorable avec sa petite frimousse attendrissante.



" Bien sûr tu peux commander ce qu'il te plaira!"


Si je l'invitais c'était pour qu'elle se fasse plaisir et non pour qu'elle se restreigne, de toute façon j'avais bien assez de sous pour une glace chacune. Je grimaçais gênée apparemment, ma remarque ne lui avait pas fait plaisir et elle me fit remarquer sa taille, je réfléchis un instant avant de lui dire.



" Désolé ce n'est pas ce que je voulais dire, tu sais si j'ai cette taille c'est récent j'étais plutôt petite avant et puis j'ai commencé à grandir d'un coup sans m'arrêter ! C'est moi qui suis désolée!"



Joignant ma parole au geste je lui ébouriffais les cheveux doucement, de toute façon ils n'avaient pas l'air bien coiffés tout comme les miens d'ailleurs. Je comprenais à son âge moi aussi j'avais envie d'être grande, mais j'aimerais bien avoir une taille et un physique semblable aux filles normales de mon âge.



Je marchais tranquillement pourquoi se presser de toute façon j'avais la journée pour moi et puis si jamais je faisais de trop grand pas, elle risquait de ne plus me suivre, mais cette remarque je me gardais bien de la dire car je ne voulais en aucun cas l'embêter et titiller sa jalousie. Elle me montrais quelque-chose au loin, mais je ne pouvais pas lire, les caractères japonais c'était du chinois pour moi et en un jour, cela n'avait pas changer. Je la regardais un peu gênée en me baissant pour être à sa hauteur et en rougissant.


" Je ne sais pas lire le japonais pourrais-tu me traduire ?"


Je compris ce qu'elle me voulait lorsque je vis un panier de basket et un ballon en me défiant. Elle devait penser qu'à cause de cette taille de géante je devais être la reine du basket-ball et je ne voulais pas la décevoir, car en vérité j'étais nulle au basket, cela ne devait pas être bien différent du football. J'en avais déjà vu à la télévision parce que mon père adorait ce sport et que parfois mes frères et moi-même devions ruser pour pouvoir regarder un match de foot à la télévision alors qu'il y avait aussi un match de basket au même moment.



Je prenais la balle de basket et dribblais plusieurs fois avant de lancer, je ne sais pas si ça avait été un coup de chance ou pas, mais le premier panier fut réussi, sans doute la chance du débutant. Je regardais Sakura, peut-être avait-elle envie de jouer et je lui lançais la balle en l'encourageant d'une voix sûre de moi comme toujours.


"Allez! À ton tour maintenant!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Lun 3 Oct - 15:50

3 lancés francs pour une glace. 


Je pense que beaucoup de gens se trompaient en réalité sur moi. Ils pensaient que seul le basket pouvait me permettre de faire disparaître ma timidité. En réalité, c’est faux. Il y avait 3 manières sans compter le fait de me rapproche de quelqu’un. La première méthode était celle que j’avais énoncée juste avant, car oui j’étais trop occupé à jouer pour faire attention aux alentours durant ces instants. La seconde et cela pouvait surprendre mais c’était lorsque l’on faisait une réflexion sur ma taille, même indirectement... Car oui j'étais petite... En tout cas, Arakel semblait vouloir me dire le contraire, que ma taille était normale, qu’elle aussi faisait cette taille et qu’elle avait bien grandie depuis et en très peu de temps. En quelque sorte, Arakel était mon idéale question physique, même si je ne mettrais jamais des vêtements aussi courts... Le troisième moyen était de m’occuper gustativement. Lorsque je mangeais quelque chose que j’aime, j’oubliais tout le reste. Oui c’est trop bon c’est pour ça ! J’essayais de ne pas trop montrer ce que je pensais, mais l’idée d’une glace devait faire apparaître une myriade de fleurs lumineuses autour de ma tête. Enfin pas seulement à cause de la glace. J’étais aux anges lorsque j’avais remarqué la pancarte, c’est la première fois que je voyais un signe lié au basket depuis que j’étais arrivée dans cette ville. Enfin bien entendu le panier mural dans mon jardin et mon ballon ne comptait pas.

Celle que j’appréciais de plus en plus me fit comprendre qu’elle ne comprenait pas l’affiche. J’avais oublié qu’elle venait d’assez loin et surement ne connaissait-elle pas encore bien les Katakana ou les kanji. Mais bon, déjà qu’elle arrivait à parler notre langue s’était déjà impressionnant. Je me demandais bien où elle l’avait apprise. J’allais le lui traduire lorsqu’elle récupéra le ballon comme si elle avait compris ce qu’il fallait faire. Peut-être seulement car j’avais regardé le terrain de basket. Mais je ne savais pas si elle avait compris qu’il y avait une récompense à la clé. J’avais l’impression de voir une joueuse de basket entrer sur le terrain, grande, cool, belle. Seulement, l’image fut rapidement chamboulée lorsqu’elle se plaça sur la ligne de shoot. Finalement, elle n’était peut-être pas la basketteuse que je pensais, ça se voyait directement. Elle était trop raide, sa prise du ballon mal assurée. Même si ce n’était pas une joueuse, elle le faisait car je lui avais demandé. Rien que pour cela, mes trois adjectifs que je lui avais attribués resteraient pour elle. Je rigolais légèrement, un peu à cause de sa position certes, mais surtout car j’étais heureuse. Ce fut avec surprise que je vis également le ballon entrer dans le panier sans même toucher l’anneau. J’étais encore plus heureuse qu’elle ait réussi son tir. La voir faire me fit légèrement revoir mon jugement. Ce n’était pas forcément qu’une question de taille le basket. Il fallait parfois juste se laisser porter par l’instant présent et faire de son mieux.

Lorsque Arakel me passa le relai, j’avais déjà repris confiance. Elle me passa le ballon et je l’attrapai avec force. Mon visage prit alors une teinte concentrée. Mes yeux inspectaient légèrement le ballon. Il était en assez bons états pour un ballon d’un terrain extérieur. Je fis quelque drible en me dirigeant vers la ligne de lancer franc. Je quittais un instant ma concentration pour me retourner vers Arakel et lui faire signe de ma main libre en lui souriant.

« Encore deux paniers pour une glace gratuite ! Souhaite-moi bonne chance ! » Lui criais-je alors heureuse.

C’était un défi qui nous avait été proposé. Pas a elle, pas à moi, mais à nous deux. Elle avait rempli sa part du contrat, à moi de faire la mienne. Mon esprit se focalisa un temps sur le ballon, puis ne quitta pas le panier des yeux. Mon premier shoot fut un tir sans réelle préparation, un tir que je qualifierais de scolaire en appliquant les règles de base : des appuis bien souples, des jambes bondissantes, un geste des bras en triangle. C’était un tir que j’effectuais pour prendre conscience du terrain, un tir qui rentra facilement après une grande cloche faisant même à peine trembler le filet. Ce genre de tir était simple. Mais ce n’était pas ce genre de tir que je voulais lui montrer quitte à raté le défi. Je voulais lui montrer de quoi j’étais réellement capable. Si elle m’avait applaudi pour mon premier tir, je ne l’avais pas entendue. Je me préparais pour mon second tir. Un shoot pour lequel je m’étais entrainée énormément pour le réussir. Entrainée dans mon ancien club, mais aussi avec Lily qui m’avait bien aidée à me perfectionner. Ce coup-ci, je ne fis aucun drible. Je testais le bondissement de mes jambes. Entre le panier et moi, tout devint sombre. Je pris une inspiration, puis une expiration, durant lesquelles je visualisais mon tir. Dès l’instant où je fus prête, mes jambes se plièrent, puis je propulsai mon corps en l’air avec force et énergie, pour ne plus toucher le sol de plus d’une quarantaine de centimètres. Mon corps droit mais souple s’articulait rapidement. Mes bras déjà en place, d’un mouvement sec du poignet la balle partie en une très légère cloche, rapide, entrant dans le panier d’un seul coup, trouvant l’arrière du filet dans lequel le ballon se logea avant de retomber au sol. Il roula alors à mes pieds. Je reprenais pendant ce temps peu à peu conscience de la réalité.

Spoiler:
 

 La cloche de l’échoppe sonna, preuve de notre réussite. Un sourire apparut alors à nouveau sur mon visage. Je me mis alors à courir en direction d'Arakel, failli tomber, mais lui sautai dans les bras comme pour la remercier de ce moment.

« On a réussi ! » M’écriais-je sans la lâcher en la regardant d’en bas levant la tête comme un peu plus tôt. « Ton tir était splendide aussi, ça m’a donné confiance. Qu’as-tu pensé du mien ? Je joue bien hein !? » 

Bon j’avais un peu menti sur la performance de son tir, mais elle m’avait bien donné le courage de m’y mettre, et puis, il était rentré et je ne voulais pas gâcher ce bon moment.

« Félicitation à vous mesdemoiselles, vous avez réussi le challenge. Vous faites une très belle paire toute les deux. Vous faites une journée entre sœurs ? »

Je me mis à rougir venant de me rendre compte que le marchand nous regardait et me dissimulait derrière Arakel. Cependant, je voulut lui répondre. Je laissai ma tête légèrement dépasser dans le dos de la lycéenne.

« Heu... On n’est pas sœur... mais j’aurais adoré l’avoir comme grande sœur »

Mes joues prirent une teinte de rouge supplémentaire.


Finalement, le marchand nous offris deux glaces au lieu d’une. Je choisis la mienne à la framboise, un parfum que j’adorais depuis toute petite. Mais ce parfum prenait une tout autre saveur s’il était mangé en bonne compagnie.  

♫♫♫♥♥♥♪♪♪

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Non, je ne suis pas mignonne  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais soyons amies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Mar 4 Oct - 18:07

Il  était vrai que j'étais quelque-peu raide sur mes appuis et pas à l'aise du tout, mais bon cette fillette comptait sur moi et je ne voulais pas décevoir les espoirs qu'elle avait placé en moi aussi lorsque le ballon passa le panier par coup de chance je me sentais vraiment fière. Là où je fus surprise c'est lorsque je passais le ballon à cette petite fille en robe et qu'elle me faisait deux tirs parfait digne des joueurs les plus grands, je n'en menais pas large de voir la facilité avec laquelle les deux derniers paniers avaient étés emballés et pliés. Je la regardais donc en l'applaudissant.

" Très jolis paniers ! Tu gères Sakura! Tu sais, tu es très douée moi j'avoue le basket c'est plus par coup de chance que j'ai réussi,  si ça avait été un tir au but là peut-être que tout comme-toi j'aurais su gérer !"

L'encourageais-je d'une voix enthousiaste au possible, finalement le marchand fut attendrit par ma petite cœur et moi et nous demanda même si nous faisions une journée entre sœur. Je répondis d'une voix assurée qui avait caché la réponse de la fillette tout en lui faisant un clin d'œil complice alors qu'elle s'était cachée derrière-moi.

"Oui! Tout à fait c'est ma petite sœur! Elle est mignonne et douée non ?"


Le vendeur de glace hocha la tête tout à fait d'accord avec moi et je plussoyais derrière son compliment. Il y avait tant de choix de parfum que je laissais Sakura choisir première, une glace à la framboise au moins cela allait avec ses cheveux, moi ce serait à la pêche, mon fruit préféré.
Je l'emmenais ayant repris sa main par réflexe jusqu'à un banc dans un coin tranquille à l'ombre pour éviter que nos glaces fondent au soleil et je lui demandais en lui tendant mon cornet goût pèche.



" Tu veux goûter ? Je peux goûter le tiens ?"


J'avoue que c'était plus par gourmandise qu'autre-chose, j'avais toujours adoré la glace et choisir un parfum m'était difficile.


"Ton école ce serait pas celle qui n'est pas loin de la mienne ? Tu veux que je vienne te chercher au dortoir demain pour t'y emmener ? Et venir te rechercher le soir ? Comme-ça tu sera pas toute seule ?"


Je me rendais compte plus tard que ma proposition lui paraîtrais peut-être un peu trop rapide, mais moi ça ne me dérangeais pas de m'occuper d'elle de toute façon après les cours c'était quartier libre pour tout le monde et le seul impératif c'était d'être rentré avant 19h30 pour le diner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Mar 4 Oct - 20:30

Manger une glace avec sa sœur


La surprise est toujours plus grande que lorsque l’on ne s’attend pas du tout à une chose. je dois dire que j’étais tellement excitée après cette activité ainsi que tellement en prise à ma timidité que je ne l’avais absolument pas vu venir du tout. Qu’est-ce qui m’avait tant surprise me demanderiez-vous ? Le fait qu’elle dissimule ma petite réponse par la sienne, une réponse qui me fit sauter de joie ! Elle me considérait donc comme sa sœur ! Et puis mi mimimi mignonne... elle me trouvait mignonne. Elle me l’avait déjà dit un peu plus tôt, mais l’entendre à ce moment-là me fit énormément plaisir. Au point que j’avais fini par la prendre dans mes bras avant de choisir ma glace.


Je découvris quelque chose d’intéressant sur Arakel, un gout qu’elle aimait, elle aimait la pêche, un fruit d’un rose oranger a la peau douce, donc elle aimait également ce qui était doux et sucré. Je rentrais cette information dans un coin de mon esprit afin de pouvoir m’en servir plus tard. Après avoir remercié le marchand et l’avoir salué, Arakel m’entraina a l’écart, dans un endroit a l’ombre où il faisait plutôt bon grâce à la chaleur ambiante. Je m’asseyais à sa suite sur le petit banc laissant mes jambes balancer avec satisfaction. Je pris une légère bouchée de fraicheur.


« Nyu !   Oishii ! » 


Oui elle était excellente, c’était rare de gouter une glace avec un parfum aussi présent. Arakel ... heu devrais-je plutôt l’appeler One-sama ? Hum one-chan tout simplement lui irait probablement mieux. Donc Mon One-chan me demandait si je voulais goûter la sienne et pouvait gouter la mienne. Dans un certain sens, j’aurais pu refuser catégoriquement presque en criant car cela ne se faisait pas ... enfin je crois. Cependant, si nous étions devenues des sœurs, cela ne dérangerait donc plus les bonnes mœurs. Je hochais la tête timidement en lui tendant la mienne et en saisissant sa glace. Le gout pêche, je ne l’avais jamais détesté, mais je n’étais pas une fan inconsidérée. J’appréciais le gout de la pêche. J’aimais le juteux des pêches, mais sans plus. Mais aux vus du gout délicieux de la framboise de ma glace, je pouvais m’attendre à une surprise explosive. Je penchais ma tête d’un côté puis de l’autre à la recherche du meilleur angle d’attaque. Finalement le sommet de la glace fut l’endroit que je choisis. Je m’y attaquais avec de petites léchouillées presque de la pointe de ma langue. Je ne voulais pas trop mettre de salive sur sa glace. En quelque sorte, ma conscience ne parvenait pas à m’enlever cette culpabilité de faire cela. Un léger raté fit qu’un bout de sa glace se cala sur mon nez. La glace dont j’avais ingérée me donna froid à la tête !


« Nyu ! Glacée ! » Je me tenais la tête légèrement en me massant le front comme pour tenter de me réchauffer oubliant la glace sur mon nez.


« Elle est bonne, mais elle est froide nyu ! » 


Je maintenais cependant sa glace assez forte pour ne pas la faire tomber. J’essayais de garder le sourire, mais avec le froid ma tête devait être bizarre. Mais elle tourna encore davantage au bizarre lorsqu’elle proposa de venir me chercher à la sortie de mes cours. Ma tête fut alors un mélange entre une grimace glacée, un sourire et une ouverture de bouche surprise.


« Ttoooiii toi ! mmemmeee me chercher ! » Je ne m’attendais une nouvelle fois pas du tout. Cela avait totalement dérèglé mon langage.


 Je me tins la poitrine et respirai lentement pour chasser le blocage.


*Bien bien sûr que je le veux ! * aurais-je voulu m’écrier, mais rien ne sortis de ma bouche.


Je m’accrochai à son bras comme pour l’empêcher de prendre ma phrase pour un refus. Je pris une nouvelle inspiration. Et me relança une nouvelle fois.


« J’adorerais nyu... je veux... Je veux passer aussi un peu de temps avec toi de temps en temps. One-chan. Je je peux t’appeler One-chan ? »


Cependant je devais bien lui préciser un petit quelque chose.


« J’arrive demain au dortoir avant les cours. Mes parents vont m’y emmener avant de partir travailler. Et je rentre les vendredis chez moi. »


Je lui avais dit que je rentrais chaque semaine mais elle ne l’avait peut-être pas noté. En tout cas j’étais heureuse qu’elle veuille s’occuper de moi ainsi.


« Est-ce est-ce que l’on pourra faire d’autre activité comme celle-ci ? Tu pourrais me montrer ce que tu aimes ? »


Je voulais en apprendre toujours plus sur elle, je voulais me sentir encore plus proche de celle qui était devenue ma sœur de cœur. Je me penchais en direction du sol où je venais de repérer un petit quelque chose de blanc. C’était une marguerite que je cueillis et lui tendais les mains ouvertes mes mains enfin libres après avoir terminé ma glace. Ce n’était qu’une petite intention, une première intention, un début de remerciement pour tout ce qu’elle faisait pour moi, pour lui montrer que j’étais heureuse d’être sa sœur et que je l’adorais.

♫♫♫♥♥♥♪♪♪

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Non, je ne suis pas mignonne  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais soyons amies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Sam 8 Oct - 22:47

Je regardais cette fillette rosir à l'idée même que je devienne sa grande sœur, je trouvais ça drôle comme idée et à vrai dire cela ne me dérangeait pas vraiment. En effet, cette petite avait l'air gentille et moi ça me ferait de la compagnie un peu familiale. Déjà que ma famille me manquait un peu, je me disais qu'avoir un semblant de petite sœur ici me serait bénéfique et puis si je pouvais en plus aider cette petite demoiselle alors pourquoi pas devenir sa grande sœur ? En tout cas, cette idée me plaisait beaucoup.


Je souriais en la voyant se tenir le front, elle avait mangé si vite sa glace que cela lui avait fait une réaction de cerveau gelé fort désagréable. Inquiète, je la regardais avec insistance pour voir si elle allait mieux et voyait une tâche sur le nez, une tâche de couleur framboise. Je reprenais mon mouchoir pour venir lui écraser sur son petit nez plat.


"Tu as une tâche!"


Je raffolais tellement de la glace à la pêche qu'il ne me fallait en général pas très longtemps pour les terminer et une fois que j’eus terminé ma dernière bouchée, je la regardais. Après-tout peut-être que l'idée d'avoir une sœur la dérangeait ? Elle était tellement timide cette petite que peut-être qu'elle n'avait pas osé m'en parler ? Je la sentais gênée et bloquée, peut-être avais-je été trop loin avec cette histoire ? J'avais l'impression qu'elle allait se mettre à pleurer d'une seconde à l'autre et je me sentais moi-même mal à l'aise. A l'instant où j'allais ouvrir ma bouche pour lui expliquer que si cette idée la gênait l'on pouvait juste être amie, la petite fille se mit à bégayer devant moi.


Je devais avouer que Sakura était très attendrissante et mignonne, elle voulait m'appeler Onee-Chan et je dois dire que cela ne me dérangeais pas du tout.


" Tu peux m'appeler comme tu veux !"


Bien entendu, comme elle le voulait dans les limites du supportable, mais qu'elle m'appelle grande-sœur en japonnais intérieurement cela me rendait fière et j'en jubilais presque à dire vrai. Je l'écoutais tout en lui souriant, elle voulait passer du temps avec moi, c'était mignon ! Elle m'expliquait que ses parents allaient l'emmener demain à l'école.


" Pas de soucis je viendrais t'attendre devant l'entrée comme-ça tu ne sera pas toute seule!"


J'étais heureuse de lui rendre se service et je comprenais parfaitement qu'elle ai un peu peur lors de son premier jour puisque moi-même je ressentais un certain degré d'anxiété et je me sentais un peu plus tendu en y repensant. Cette fois-ci, j'espérais bien que je e trouverais des camarades qui ne me jalouseraient pas à tout bout de champs parce que dans mon ancienne vie c'était vite devenu usant d'être traitée comme la bonasse de service par les autres filles qui pensaient que je me faisais les gars du voisinage en grand nombre. Je secourais frénétiquement ma tête avant de regarder Sakura, je n'avais pas comprit un seul mot de ce qu'elle m'avait demandé et elle semblait attendre une réponse. Je ne pouvais pas me permettre de répondre à côté sinon, elle allait deviner que je ne l'avais pas écouté et croire que je commençais déjà à m'ennuyer de sa présence.


"euh! Oui...si tu veux!"


J'étais passée maîtresse dans l'art du "si tu veux!" la réponse universelle qui fonctionnait pour tout ou presque et apparemment elle en était heureuse et satisfaite à première vue puisqu'elle se précipita pour me cueillir une fleurs. Elle était une petite fille vraiment adorable, cela allait me changer de ma petite soeur aussi agréable et adorable qu'un bulldog enragé.


" Merci Sakura "


Je ne savais pas trop où la mettre et je ne voulais surtout pas l'abimer alors je sorti mon porte-monnaie pour l'y mettre comme-ça elle n'allait pas finir en hachis. Je cherchais autour de moi tournant la tête dans tous les sens, avant de trouver sa fleurs homonyme encore sur l'arbre, mère-nature n'allait pas apprécier cela, mais il fallait bien que je remercie cette nouvelle petite sœur et elle méritais quand-même bien mieux qu'une fleurs écrasée part out le monde sur le sol. Je me hissais sur la pointe des pieds me grandissant encore avant d'attraper une fine branche parsemée de fleurs et d'en cueillir une pour venir la lui mettre dans les cheveux délicatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Dim 16 Oct - 12:59

Pétiller de joie comme un arbre en fleur

Arakel Markèz, ainsi était le nom de celle qui était officiellement devenue ma sœur au moins dans mon cœur. Elle était grande, belle, élégante. Chacun de ses gestes était emplie d’une attention démesurée envers moi. Elle était si gentille. Arakel était sans conteste la sœur idéale que j’avais toujours rêvée. Un idéal basé sur les grandes sœurs de mes amies de mon ancienne ville. Idéale ? Enfin oui mais avec les défauts et les qualités d’une véritable sœur. J’étais encore étonnée qu’elle m’ait accompagnée durant l’activité basket, mais aussi qu’elle mange une glace à mes côtés. Chaque fois, elle me prenait la main, me guidait dans mes instants de timidité. Oui elle était différente de moi. Surement était-ce cette différence que je lui adorais. Comme une grande sœur, elle s’était inquiétée pour moi, remarquait les choses que j’oubliais. Lorsqu’elle me nettoya le bout du nez cela me fit légèrement protesté jusqu’à ce qu’elle m’explique ce que le froid m’avait fait oublier.




Par plusieurs fois je la vis heureuse. J’étais sûr qu’Arakel devait avoir une véritable petite sœur quelque part au vu de l’attention qu’elle me portait. Peut-être la lui rappelais-je ? En tout cas, lorsqu’elle me permit de l’appeler One-chan j’oubliais tout le reste et sautai de joie. Plus le temps passé avec elle avançait et plus je devenais un petit feu d’artifice floral, feu d’artifice pétillant d’une joie certaine.


Savoir qu’elle viendrait m’attendre en fin des cours me rassuraient, j’avais encore cette petite boulle au ventre d’entrer dans une école où je ne connaissais personne. Mais savoir qu'elle viendrait m’attendre me rassura, oui, j’avais eu de la chance de la rencontrer avant le début des cours. Enfin, je savais bien qu’elle ne pourrait être là tous les jours car elle était une grande élève et surement aura-t-elle de temps à autre quelque chose de dernière minute ou d’important à faire. J’avais beau être timide, je pouvais déterminer cela, surtout que même si l’une de mes anciennes amies était très proche avec sa sœur, ce genre de chose arrivait de temps en temps.


« Ari Arigato One-chan. Je t’attendrais alors avant de partir. Mais mais... préviens-moi si tu ne peux pas venir... » 


Ma voix était emplie de joie, mais j’avais détaché un peu mes deux bouts de phrase. Je ne voulais pas que je croie qu’elle ne tiendrait pas sa promesse. Mais d’un autre côté, je ne voulais sincèrement pas qu’elle m’oublie après quelques mois. Je ne sais pas vraiment pourquoi je pensais à ça... Elle ne semblait pas être comme cela.


Lorsque je lui avais demandé pour passer un peu plus de temps ensemble et faire d’autre activité, sa réponse afficha le 1er défaut d’une grande sœur. Sa réponse me fit bouder intérieurement. Malgré ma timidité, j’avais mené l’équipe de mini basket dans mon école précédente. De temps en temps, une de mes coéquipières me faisait ce genre de réponse... et immédiatement après, sur le terrain, je voyais qu’elle n’avait rien entendu. Ce défaut, je l’avais aussi repéré sur quelques grandes sœurs de mes amies. Et ce défaut se répercutait donc aussi sur mon One-chan. Je ne le lui fis pas remarqué, en quelque sorte cela me montrait qu’elle était bien une grande sœur « idéale »
La voir accepter la fleur que je lui avais offerte me combla de joie, elle allait même la garder sur elle a ce que compris puisqu’elle la glissa dans son portefeuille, voilà un drôle de petit herbier. En retour, elle m’offrit une même fleure, mais ce coup-là des branches en hauteur. La voir atteindre ses branches m’étonnais, j’étais vraiment admirative. Cela me donna encore plus envie de grandir. Elle m’installa la fleur dans mes cheveux. Une fleur au doux parfum qui s’était épanouie dans les hauteurs, voulait-elle dire que je grandirais très bientôt ? Je ne savais pas trop.


« Merci One-chan, je la garderais précieusement comme un charme et comme un lien entre nous »


Je prenais cela peut être trop à cœur mais je lui prouvais ainsi ma reconnaissance.


« One-chan ? Dit moi, quel est ton endroit préférer dans ce parc. J’aimerais visiter un dernier lieu avec toi avant de rentrer chez moi. »


Je voyais que le soleil commençait lentement à tomber. Il devait nous rester environ deux heures avant que le soleil ne disparaisse. La nuit tombait de plus en plus tôt en cette période de l’année. J’étais en quelque sorte égoïste de lui en demander davantage alors qu’elle devait faire quelque chose d’autre avant de me croiser. Cependant, voir quelque chose qu’elle aimait m’aiderait à en apprendre un peu plus sur elle. Pour le moment, je savais ce qu’aimaient ses yeux vus qu’elle souriait en e regardant, ce qu’aimait son ventre, les pêches. Emmagasiner tout un tas d’information m’aiderait probablement pour plus tard, pour quand je voudrais lui faire des cadeaux, pour le jour de son anniversaire, mais également pour lui proposer des visites. Je souriais, un certain sentiment qui me poussait presque à bondir de joie m’emplissait, je m’accrochais une nouvelle fois à son bras, laissant bien visible la fleur dans mes cheveux.



« Elle me va bien la fleur ? Je ne la vois pas trop. Mais je suis sûr que tu m’en as choisi une belle, et qu'elle est aussi belle que toi.»

♫♫♫♥♥♥♪♪♪

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Non, je ne suis pas mignonne  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais soyons amies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Mer 19 Oct - 13:30

Plus je regardais cette enfant et plus je voyais à quel point elle était différente de ma propre petite sœur. Elles étaient toute les deux aussi mignonnes l'une que l'autre et leurs différences c'étaient également ce qui faisait leur charme. Ainsi plus je regardais cette petite sourire et plus j'étais attendrie par elle et sa façon d'être si angoissée, bien entendu j'allais la prévenir si je ne devais pas pouvoir aller la chercher, mais comment ? J'étais élève dans une grande académie et il n'était pas exclu que je doive participer au ménage de la classe ou a d'autres activités qui me retiendraient parfois contre mon gré. J'essayais de trouver la meilleure façon e la rassurer et je posais un genoux à terre pour être à sa hauteur et la regarder dans les yeux pour lui expliquer.

" Je ferais ce que je peux pour venir te chercher à l'école mais parfois je serais prise à la dernière minute c'est pas  impossible "


Je me redressais pour me mettre debout et appuyais une main légère sur le dessus de sa tête toute rose. La fleurs que je lui avait offerte avait l'air de lui avoir fait autant plaisir qu'un gros cadeau alors que ce n'était qu'une toute petite fleurs et rien de plus précieux aussi je me senti particulièrement émue de la voir porter autant d'attention à cette fleurs et me promettre d'en prendre soin à dire vrai je n'en espérais pas tant. Je lui aurais bien dit que ce n'était qu'une simple fleurs  et qu'il ne fallait pas faire tout un plat pour un cadeau à mon sens si grotesque mais Sakura avait l'air tellement conquise par ce présent que je ne pouvais pas jouer les rabat-joies.


L'après-midi avait filé comme un éclair je n'avais pas vu le temps passer et je devrais bientôt rentrer au dortoir avant je devrais m'assurer que cette petite fille était rentrée en sécurité chez elle. Elle m'avait dit plus tôt que ses parents allaient venir la chercher et il n'y avait aucun signe de vie de ses parents ce qui ne me plaisait pas. Je regardais en souriant Sakura lqui me complimentait sur ma beauté et me demandait à quoi elle ressemblait et je lui replaçait une mèche de ses cheveux rose derrière son oreille en replaçant correctement la fleurs.


" Cela te va très bien Sakura! Dis tu ne m'avais pas dis que tes parents venaient te chercher ici ? Ils n'ont pas l'air de venir alors tu veux que je te raccompagne ?"




Je ne pouvais pas me résigner à lisser une enfant seule avec la nuit qui tombait même si je risquais une punition. Je ne connaissais pas le Japon mais partout ailleurs on ne laissais jamais un enfant tout seul après la tombée de la nuit.Je lui tournais donc le dos pour m'abaisser devant elle et lui faire signe de grimper, elle était légère comme une plume je sentais à peine son poids sur mon dos.


"Il se fait tard pour se balader seules dans le parc mais on pourra revenir une autre fois toute les deux et je te montrerais mon endroit préféré lorsque j'en aurais un"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Sam 22 Oct - 16:08

les fleurs sœurs


Arakel s’était accroupie devant moi en me présentant son dos. J’étais partagée entre la déception de voir cette journée se finir ainsi que de devoir quitter ma nouvelle sœur et l’envie irrésistible de répondre à l’appel qu’elle me faisait. Car oui, elle avait en quelque sorte refusé de continuer la balade au parc. Elle s’inquiétait pour moi, trop gentille, elle s’inquiétait que personne ne vienne me chercher malgré l’heure. À dire vrai, il n’y avait pas de quoi. Cependant sa réaction la rendait encore plus idéale comme sœur, je l’adorais même encore plus car elle me trouvait jolie avec ma fleur ! Mes joues avaient de nouveau légèrement rougi à l’annonce, j’en étais sûr. J’avais sautillé un peu partout heureux.

« Mes parents ne viendront probablement pas. Je n’habite pas très loin, juste à deux pas d’ici, et ils me laissent renter seule. Ils viennent seulement lorsque je reste un eut trop tard ou que quelque chose se passe à la maison. Je suis une grande fille après tout. »

J’avais ponctué la dernière phrase par un bombement de torse comme pour prouver ce que je disais. Mais là la tentation était trop... trop... TROP élevée !

« Mais je veux bien... reprenais-je d’une voix plus timide. Je veux bien rentrer avec toi One-chan. Mais j’espère que ça ne te cause pas de trop de problèmes de rester aussi longtemps avec moi... »

Je ne savais à vrai dire pas trop où elle pouvait loger, sa vraie maison était extrêmement loin. Je l’imaginais sans peine vivre dans un petit appartement rien qu’à elle. Elle était si grande, si forte, si belle, si ... heu si tout ! Elle devait pouvoir vivre par elle-même. Mais je pouvais me tromper. Enfin, pas au niveau des adjectifs, mais elle pouvait vivre à l’école toute l’année. Je ne connaissais pas trop les règles de ce genre d’école encore, voilà donc ce qui me chiffonnait. Je finis par m’approcher de son dos.

« je... je peux vraiment ? »

Finalement, elle me prit sur son dos. Je m’accrochais à ses épaules en faisant bien attention à ne pas l’étrangler. Elle était si forte pour me porter ! Je remerciais même un instant ma mère qui m’avait dit de laisser mon ballon a la maison, sinon je n’aurais jamais pu faire cela. Mon père m’avait déjà porté ainsi, mais c’était si différent. Mon cœur était tout réconforté, je ne doutais plus, même ma timidité s’envolait, du moins un peu. En résumé, monter sur son dos m’avait rendu totalement calme.

« Tu me promets que l’on reviendra ensemble ici . » Lui demandais-je d’une petite voix douce avant de détacher une de mes mains et de tendre le petit doigt. « Yubikiri ? » glissais-je ensuite lui proposant de faire ce type de promesse que j’affectionnais tant.

Satisfaite, je me laissais transporter vers la sortie du parc. Je déposais doucement ma tête sur son épaule gauche mes cheveux se mêlant au sien. Cela me permit de sentir l’agréable douceur qui se dégageait d’elle.

« je me sens bien ici »

Je ne me gênais pas pour frotter légèrement ma joue contre la sienne avec un visage aux anges. Enfin je me souvenais qu’elle ne savait pas trop où j’habitais.

« J’habite à droite en sortant du parc, il faut longer le parc jusqu’au bout de la rue, il y a une route à traverser et j’habite au bout de l’impasse en face, dans la rue avec les merisiers. C’est d’ailleurs dommage que l’on n’ait pas de cerisier là-bas »



Ainsi je me laissais balloter sur son dos en restant assez calme. Un véritable instant de bonheur.

♫♫♫♥♥♥♪♪♪

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Non, je ne suis pas mignonne  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais soyons amies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rythme de la rue ♦
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 15 ans
Métier :: Etudiante en danse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Sam 22 Oct - 16:46

Je voyais bien que ma proposition ne la réjouissait pas, elle ne voulait pas rentrer et je pouvais le comprendre moi-même j'avais tendance à rester le plus tard possible dehors à parler de tout et de rien avec es amis jusqu'à ce que ce soit ma maman qui vienne me chercher par la peau des fesses pour me faire rentrer de force à la maison afin de diner. Il faudrait à présent que je fasse plus attention, car je n'avais lus ma mère pour venir me chercher et si je restais dehors trop longtemps je risquais e me retrouver punie peut-être privée de sortie. Sakura avait beau être petite je la voyais me prouver qu'elle était grande et qu'elle pouvais rentrer seule chez moi parce que ses parents lui faisaient confiance, mais après-tout on ne sais jamais qui on peut rencontrer dehors alors que j'allais lui dire cela, elle changea d'avis acceptant finalement de rentrer avec moi et surtout sur mon dos s'inquiétant même de savoir si je ne risquais pas de problème. Je ne voulais surtout pas la faire culpabiliser alors je pouffais de rire.

" Moi avoir des problème ? Ne t'inquiète pas Sakura je me dépêcherais de rentrer à l'académie !"


Je ne répondis pas à se seconde question et la soulevais du sol sans problème, elle était tellement légère que j'avais l'impression de ne rien porter sur moi ou presque. Elle était tellement petite et mince comparé à moi que j'en avait peur de la casser en deux alors je ne la serrais pas trop pour éviter de lui faire mal. Elle me demanda ne promesse me montrant son petit doigts comme dans les mangas et les anime ce qui me fit sourire largement.


Yubikiri ! Si je mens j'avalerais mille aiguilles !


Je pense que c'était cela que disais les japonaises dans les anime où les dramas que je regardais avec mes frères. Je sortais tranquillement du parc ne me pressant pas, c'était étrange la sensation de sérénité que je ressentais avec elle du mon dos, elle était tranquille aussi et je sentais ses petites mains à peine serrée sur ses épaules et sa joue froide contre la mienne qui devait être brûlante. Elle s'adressait à moi et je lui répondais d'une voix sereine.

"moi aussi si tu veux nous retournerons au parc la semaine prochaine on pourrait prendre un ballon de basket et tu m'apprendrais un peu à y jouer ?"


Je lui avais proposé cette activité en pensant que cela lui ferait plaisir après tout elle avait eu l'air de bien s'amuser lorsqu'elle avait dû faire les deux paniers au marchand de glace. Je me dirigeais vers sa maison avec elle sur le dos et me retrouvais bientôt devant une jolie maison la déposant devant la porte et la serrant dans mes bras en lui caressant les cheveux.

"Si il y a un cerisier qui ne demande qu'à s'épanouir c'est toi ! Nous nous revoyons lundi alors ? Je t'attendrais devant le grand portail "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 23

Feuille de personnage
Âge du personnage : : 10 ans
Métier :: écolière et basketteuse
Autres comptes:
MessageSujet: Re: Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]   Mer 26 Oct - 11:55

Le cerisier qui m’était inconnu et celle qui le faisait fleurir 


Sur le dos d’Arakel je regardais le paysage qui défilait sous ses pas lents. Ma tête un air serein se reposait sur l’épaule gauche de ma sœur. De temps à autre je plaçais ma tête dans les cheveux de ma sœur. Ils étaient si doux et chauds. Ils sentaient assez bon également. Elle m’avait assurée qu’elle n’aurait aucun problème si elle se dépêchait de rentrer ensuite. J’avais confiance en elle, elle était grande, elle y arriverait probablement sans peine. L’euphorie m’aurait bien fait gigoter les jambes si cela ne risquait pas de poser problème pour qu’elle puisse me porter. La voir répondre à ma demande de promesse selon nos thermes prouvait qu’elle s’était assez bien renseignée avant de venir ici. D’un même côté, cela me faisait plaisir. J’étais sûr de pouvoir revenir ici un jour avec elle. Mais le mieux était qu’elle me demandait de lui apprendre le basket la prochaine fois. Je n’ai pas vraiment pu m’empêcher de m’exclamer « C’est vrai ? » J’étais surprise, peut-être n’aurais-je pas dû. J’avais bien vu qu’elle s’était donné à fond pour l’épreuve du basket plus tôt dans la journée. Même si elle avait quelque lacune, elle l’avait fait pour moi, j’en étais sûr. Le fait qu’elle me demande cela pour la prochaine fois pouvait donc être assez prévisible. Mais je ne l’avais pas envisagé et cette surprise dessina un sourire immense sur mes lèvres.

J’aurais tellement voulu qu’elle aussi m’apprenne des choses, mais à cet instant, je ne parvins pas à le lui dire. *une prochaine fois* il y avait tant de chose que je ne connaissais pas ou que je ne savais pas faire. Mais cela attendra les moments durant lesquelles je pourrais croiser ma sœur à l’école. J’avais encore pas mal des questions à lui poser encore, mais je vis approcher ma maison à grands pas. Ma One-chan prit l’initiative de la parole en répondant à ma petite réflexion que j’avais laissée échapper. Moi ? Un cerisier ? Je n’étais pas si grande, pas si majestueuse. Seulement, même si cela me paraissait une mauvaise métaphore, entendre ma sœur m’appeler ainsi m’emplit de bonheur. Oui en quelque sorte, j’étais ce grand cerisier qui fleurissait au milieu des merisiers. Mais celle qui l’avait fait se révéler, celle qui l’avait fait fleurir sur l’instant, n’était autre que ma nouvelle sœur qui sera à coup sur mon point de repère

En arrivant devant la porte de chez moi je me laissai glisser le long de son dos. Je fis le tour de ma sœur pour me placer devant elle entre elle est la porte de chez moi. Tout d’abord de dos, je fis un tour sur moi-même sur une jambe me penchant légèrement en avant les mains liées dans le dos en lui souriant.

« Merci encore pour aujourd’hui One-chan. Oui je serais là lundi, je viendrais te voir dès que je le pourrais, je ne sais pas trop quels horaires j’aurais. Mais je serais bien là »

Je me remis face à la porte en me dirigeant jusqu’au palier avant de retourner un dernier coup d’œil à ma sœur « rentre bien One-chan »


Je passai alors le seuil en bondissant de joie. J’allais probablement saouler mes parents avec cette histoire toute la soirée jusqu’au moment du coucher. Mais je savais également que j’allais passer une nuit sereine cette fois-ci.

♫♫♫♥♥♥♪♪♪

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Non, je ne suis pas mignonne  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais soyons amies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une fleur plantée dans l’herbe verte [libre -> PV Arakel Markèz] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Herbe verte de mon nouveau domicile...
» Dans l'herbe fraiche [PV Henry Esteban]
» couché dans l'herbe ...
» Pansy Parkinson -La fleur qui s’épanouit dans l’adversité est la plus rare et la plus belle de toutes.
» Assise dans les herbes piquantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri-Academia 2.0 :: Avant de jouer :: Les lois et le contexte :: Rôle-play :: Archives :: RP terminés-
Sauter vers: